Carnet de voyage
       

Le Sénégal des savanes au Siné-Saloum ( 2003)

Commentaires (0)

Livre conseillé

 

Ce circuit de 2 semaines au Sénégal m'a permis de parcourir et découvrir une grande partie du pays; Dakar, Saint-Louis, le parc du Djoudj, Tambacounda, la parc du Niokolo-Koba, le delta du Sine-Saloum et l'île de Gorée.

 

 

Le 8 mars

Nous arrivons à Dakar en fin de journée. De nombreux changeurs d'argent 'à la sauvette' nous attendent sur le parking. Nous partons directement pour le lac Rose où nous passons la nuit au campement Ker Djinné.

 

 

Le 9 mars

Je suis réveillé tôt par les chants de nombreux oiseaux autour du campement, je me lève rapidement pour faire quelques observations ornithologiques. Après le petit-déjeuner, nous partons faire le tour du lac Rose. De son vrai nom, le lac Retba doit sa renommée à sa couleur qui est due à sa concentration élevée en sels minéraux. Les habitants extraient ce sel et en remplissent des pirogues que les femmes portent vers la berge. Nous passons dans un village, puis dans les dunes et sur la plage renommée pour accueillir chaque année la dernière étape du Paris-Dakar.

Nous rentrons au campement pour déjeuner (au menu poulet Yassa). Après le thé, nous prenons la route vers Saint-Louis. Cette route, en bon état, est très fréquentée et dangereuse comme en témoignent les nombreuses carcasses de véhicules accidentés sur les bas côtés. Nous sommes plusieurs fois arrêtés pour des contrôles de police, gendarmerie, douane ou militaires. Nous atteignons Saint-Louis en fin de journée et nous installons à l'hôtel Mermoz situé sur une étroite bande de sable entre le fleuve Sénégal et l'océan atlantique. Pour y parvenir, nous traversons un quartier de pêcheurs où se mêlent joyeusement la population, les chèvres, les poules tout cela dans une odeur de poisson en train de sécher au soleil !!!

 

 

Le 10 mars

Je me lève tôt pour aller observer les nombreux oiseaux sur la plage (hérons, cormorans, pélicans, goélands, courlis...).Nous faisons quelques achats à Saint-Louis puis partons vers le Parc National des Oiseaux du Djoudj situé à l'embouchure du fleuve Sénégal. Il s'agit d'un des parcs ornithologiques les plus importants du monde, il s'agit de la première zone humide rencontrée par les oiseaux migrateurs européens après la traversée du Sahara. Les oiseaux y sont donc très nombreux.

Nous faisons une balade dans les canaux en pirogue et observons quantités de hérons, pélicans, canards, aigles pêcheurs, ibis, martins-pêcheurs, sternes,... nous voyons également un crocodile, 3 varans et de nombreux phacochères. Une magnifique journée pour qui s'intéresse à la nature. Nous partons ensuite vers le village Peul de Bisset situé à l'entrée du parc. Nous terminons la route à pied et rencontrons les enfants du village en train de faire le plein d'eau. Nous avions acheté des moustiquaires à Saint-Louis que les villageois nous installent et nous dormons ainsi à la belle-étoile.

 

 

Le 11 mars

Après le petit-déjeuner, nous faisons le tour du village pour saluer nos hôtes. Nous rentrons à Saint-Louis où nous faisons du change dans une banque, ce qui nous prendra un temps infini face à des employés pas décidé à faire de zèle !!! (les changeurs du parking de l'aéroport étaient beaucoup plus rapides !!). L'après-midi, nous faisons une balade en calèche dans la ville coloniale. Malheureusement, la plupart des édifices sont dans un mauvais état de conservation. Nous dînons et passons la nuit à l'hôtel Mermoz.

 

 

Le 12 mars

Nous quittons Saint-Louis et prenons la route vers Touba. En chemin, nous nous arrêtons pour observer les charognards qui sont en train de nettoyer une carcasse de cheval victime d'un accident de la route. Nous visitons la mosquée de Touba qui est la ville sainte des Mourides, une secte musulmane fondée en 1887. L'édifice est magnifique et contraste avec la relative pauvreté du reste de la ville. Nous continuons vers Kaolack où nous passons la nuit au Djoloff Inn.

 

 

Le 13 mars

Journée consacrée à la route vers l'est, nous traversons une savane sèche très monotone en suivant la voie ferrée qui va de Dakar à Bamako au Mali. La route est parsemée de nids de poules et le climat devient de plus en plus chaud. Nous déjeunons à Tambacounda puis continuons la route vers le campement de Dar Salam où nous passons la nuit. Je commence à ressentir les premiers effets de la tourista.

 

 

Le 14 mars

Ma tourista se confirme et je suis malade toute la journée. Nous passons la journée dans le parc de Niokola-Koba, l'une des plus importantes réserve animalières d'Afrique de l'Ouest. Cependant, il est loin de rivaliser avec les grands parcs d'Afrique de l'Est ou de Sud. Néanmoins, nous observons des guibs harnachés, un hippopotame, des cobes de Buffon, un céphalophe, des babouins, des phacochères, des cobes Defassa et des singes verts ainsi que de nombreux oiseaux (pintades, grues couronnées, guêpiers, ibis, oies de Gambie,...).

Nous reprenons ensuite la route vers Kédougou. En chemin, nous nous arrêtons sur le pont qui enjambe le fleuve Gambie dans lequel les villageois font la lessive. Après une crevaison du minibus, nous arrivons au campement Moïse ou nous passons la nuit.

 

 

Le 15 mars

Nous partons visiter le village Iwol, 'capitale' de l'ethnie Bédik qui ne compte plus que quelques milliers de représentants, ils sont de religion chrétienne mâtinée d'animisme. Nous nous y rendons à pied en gravissant une colline. Nous rentrons déjeuner à Kédougou, puis visitons son marché.

 

 

 

Le 16 mars

Nous prenons le taxi-brousse vers Dindéfélo. En effet, il faut emprunter une piste chaotique que notre minibus ne supporterait pas. C'est donc avec la population locale que nous partons dans une minibus plein à craquer et sous une chaleur étouffante. A l'arrivée, nous allons voir les chutes qui constituent une véritable oasis de fraîcheur dans cette région écrasée par le soleil. Nous faisons un tour au marché local avant de rentrer à Kédougou.

 

 

Le 17 mars

Nous nous levons très tôt car nous avons beaucoup de route à faire pour rejoindre notre prochaine étape, le delta du Sine-Saloum. Mais, après 30 mn de route, c'est la panne, le radiateur est HS. Nous sommes arrêtés au milieu de nulle part sur une route peu fréquentée. Finalement, notre chauffeur parvient à se faire emmener en vélo pour aller chercher de l'aide. Pendant ce temps, nous visitons le village tout proche, puis le temps passant, nous préparons le pique-nique et déjeunons. Six heures plus tard, le minibus est prêt à repartir. Nous arrivons à Foundiougne à 23h00.

 

 

Le 18 mars

Notre hôtel se trouve au bord d'un bras de fleuve dans le delta du Sine-Saloum . Le matin, je pars observer les oiseaux sur la plage (bécasseaux, pluviers, sternes, mouettes). Après déjeuner, nous allons visiter les puits de sel. Le sol est ici gorgé de sel, il suffit de creuser pour le récolter. Nous continuons vers le village tout proche où nous provoquons une véritable émeute parmi les enfants en distribuant bonbons et fournitures scolaires. En fait, il vaut tout donner au chef du village ou dans les écoles plutôt que directement aux enfants. Retour à Foundiougne. Le soir, nous avons droit à une soirée de danses et musiques africaines.

 

 

Le 19 mars

Nous partons en pirogue à travers le delta et ses mangroves. Nous observons la faune; quelques singes et oiseaux (pélicans, marabouts, sternes, hérons). Nous passons à côté d'un village de pêcheurs au moment du retour des pirogues remplies de poissons. Les acheteurs venus de Dakar les attendent et se précipitent sur les cargaisons pour obtenir les meilleures prises. Nous continuons vers l'île de Mar Lodj où nous passons la nuit.

 

 

Le 20 mars

Nous avons quartier libre à Mar Lodj. Je fais une longue balade sur l'île pour observer les oiseaux et visiter le village proche de notre campement.

 

 

Le 21 mars

Nous quittons le Sine-Saloum pour Joal-Fadiouth. Nous visitons l'île de Fadiouth créée par l'amoncellement de coquillages, notamment son église (90% des habitants sont chrétiens) et son cimetière où se mélangent tombes chrétiennes et musulmanes. Nous continuons vers Dakar et prenons le bateau (on dit la chaloupe) pour l'île de Gorée où nous arrivons en fin de journée.

 

 

Le 22 mars

Nous visitons Gorée, haut lieu de mémoire en ce qui concerne l'esclavagisme. Notamment, la maison des esclaves où ces derniers transitaient avant d'embarquer vers l'Amérique, mais aussi les jolies maisons coloniales et le fort. En fin de matinée, nous reprenons la chaloupe pour Dakar. Nous faisons une rapide visite de la capitale du Sénégal en minibus puis à pied où nous nous faisons littéralement harceler par les vendeurs de toutes sortes, impossible de faire 3 pas sans être abordé. Nous dînons et patientons avant de rejoindre l'aéroport où notre vol est programmé à 4h00.