Carnet de voyage
       

Les oiseaux du delta du Danube (Roumanie 2010)

Commentaires (0)

Livre conseillé

Ce circuit m'a permis une visite approfondie du delta du Danube, suivie de quelques jours près de la mer Noire et dans les montagnes de Macin. Le but principal était l'observation de la faune et principalement des nombreuses espèces d'oiseaux qui peuplent la région. Pour les oiseaux, j'ai utilisé le guide d'identification suivant : Le guide ornitho de Lars Svenson, Killian Mullarney, Dan Zetterstrom et Peter J. Grant (éditions Delachaux et Niestlé)

 

 

Le 21 mai

Nous arrivons à l'aéroport de Bucarest en début d'après-midi et partons sans tarder en direction de Tulcea, grande ville située aux portes du delta du Danube. Tout au long de la route, je peux faire mes premières observations. Je note notamment une énorme colonie de Corbeau freux (Corvus frugilegus) dans des arbres en bordure de route. Les Choucas des tours (Coloeus monedula), Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), Etourneau sansonnet (Sturnus vulgaris), Moineau domestique (Passer domesticus) sont nombreux dans les villes et villages. Quelques Corneille mantelée (Corvus cornix) sont aussi observées dans les champs. Des dizaines de Cigogne blanche (Ciconia ciconia) se nourrissent dans les cultures ou dans les zones humides.

Nous faisons une pause près d'un petit lac où une famille de Tadorne casarca (Tadorna ferruginea) promène ses canetons. Ils sont accompagnés de Héron cendré (Ardea cinerea), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Cygne tuberculé (Cygnus olor), Fuligule milouin (Aythya ferina), Foulque macroule (Fulica atra). Des dizaines de Guifette moustac (Chlidonias hybrida) survolent inlassablement le plan d'eau accompagnées de 3 Sterne pierregarin (Sterna hirundo), d'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) et d'Hirondelle rustique (Hirundo rustica). Plus loin, des Guêpier d'Europe (Merops apiaster) chassent les insectes et sont facilement détectés grâce à leurs cris.

Enfin, après avoir repris la route, je note un Cormoran pygmée (Microcarbo pygmeus), l'une des espèces emblématiques de la région. Nous arrivons à Tulcea en fin de journée où notre guide Mihai nous accueille. Nous dinons et passons la nuit à la Pensiunea Melisa.

 

 

Le 22 mai

Nous quittons l'hôtel en direction des bords du Danube et montons à bord du bateau dans lequel nous allons voyager pendant 7 jours. Il s'agit d'une petite embarcation qui nous permettra de passer partout grâce à son faible tirant d'eau. Le moteur est silencieux, pour éviter d'effrayer les oiseaux. Le delta du Danube (Delta Dunarii en roumain), est situé pour les trois quarts au nord de la province roumaine de Dobrogée et pour un quart dans la province ukrainienne d'Odessa. C'est le plus grand des deltas européens après le delta de la Volga, avec une superficie de 3 446 km².

 

Nous commençons par descendre le bras principal du Danube qui s'écoule vers la mer Noire. Nous observons les premiers oiseaux communs, Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), Goéland pontique (Larus cachinnans), Hirondelle rustique (Hirundo rustica), Pie bavarde (Pica pica), Etourneau sansonnet (Sturnus vulgaris), Corneille mantelée (Corvus cornix) que nous verrons tous les jours. Nous notons aussi les premiers Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus) et 3 Oie cendrée (Anser anser) en vol.

 

Nous quittons cette autoroute aquatique pour emprunter de petits canaux, beaucoup moins fréquentés et où nous sommes plus proche des rives. La première belle observation sera pour une famille de Chouette hulotte (Strix aluco) que nous devinons dans le dense feuillage. Nous naviguons tour à tour dans la forêt, puis dans des zones plus ouvertes, traversons des lacs.

 

Sur l'eau, nous notons des Grèbe huppé (Podiceps cristatus) et un seul Grèbe jougris (Podiceps grisegena). Les Cormoran pygmée (Microcarbo pygmeus) sont plus nombreux que les Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo). Parmi les ardéidés, le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax) s'avère le plus représenté, nous voyons aussi Héron cendré (Ardea cinerea), Héron pourpré (Ardea purpurea), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Grande Aigrette (Ardea alba) et Crabier chevelu (Ardeola ralloides). Les autres grands échassiers vus ce jour sont la Cigogne blanche (Ciconia ciconia), l'Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) et la Spatule blanche (Platalea leucorodia).

 

Parmi les espèces remarquables du delta, nous pouvons observer les deux espèces de pélicans, le Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus), le plus représenté et toujours en groupe assez important et le Pélican frisé (Pelecanus crispus), vu tous les jours mais souvent des individus isolés.

 

 

Les anatidés sont représentés par des Cygne tuberculé (Cygnus olor), des Canard chipeau (Anas strepera), des Canard colvert (Anas platyrhynchos), 3 Sarcelle d'été (Anas querquedula), des Fuligule milouin (Aythya ferina), des Fuligule nyroca (Aythya nyroca) et 2 Nette rousse (Netta rufina). Parmi les rapaces, des Busard des roseaux (Circus aeruginosus) patrouillent au dessus des immenses roselières, les Faucon hobereau (Falco subbuteo) chassent les innombrables libellules, un seul Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est noté.

 

Un Faisan de Colchide (Phasianus colchicus) est aperçu sur la rive, tandis que sur l'eau nagent des Foulque macroule (Fulica atra) et une Gallinule poule-d'eau (Gallinula chloropus). Le seul limicole du jour est le Vanneau huppé (Vanellus vanellus). Parmi les nombreux Goéland pontique (Larus cachinnans) qui survolent le bras pricipal que nous rejoignons en fin de journée, je note un superbe Goéland ichthyaète (Ichthyaetus ichthyaetus). Plus légères, les Guifette moustac (Chlidonias hybrida) sont omniprésentes, plus nombreuses que les Sterne pierregarin (Sterna hirundo).

 

Quelques Pigeon ramier (Columba palumbus) sont notés. Par contre, le Coucou gris (Cuculus canorus) est très présent, beaucoup entendu, mais aussi souvent vu, en vol et également posé. Des Huppe fasciée (Upupa epops), Guêpier d'Europe (Merops apiaster), Rollier d'Europe (Coracias garrulus) et Loriot d'Europe (Oriolus oriolus) ajoutent une touche colorée à ce tableau. Un Pic cendré (Picus canus) est aperçu, traversant le canal devant le bateau.

 

 

Parmi les passereaux, j'ai pu observer 1 Bergeronnette printanière (Motacilla flava), 3 Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus), des Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) qui s'époumonent dans les roselières, parfois bien en vue, 1 Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), 3 Mésange bleue (Cyanistes caeruleus), un groupe de Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus).

 

En fin de journée, nous arrivons à Sfantu Gheorghe (St Georges), petite localité située au bord de la mer Noire, le long du bras principal du Danube. Un Héron cendré (Ardea cinerea), très joli dans la lumière qui décline, nous accueille. Nous nous installons à la Pension Lucia où j'observe un Moineau friquet (Passer montanus) et des Chardonneret élégant (Carduelis carduelis).

 

 

 

Le 23 mai

Je débute la journée par une petite balade le long du Danube près de notre hébergement. Je peux y observer Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Grande Aigrette (Ardea alba), Grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), Héron cendré (Ardea cinerea), Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), Goéland pontique (Larus cachinnans), Sterne pierregarin (Sterna hirundo) au bord de l'eau.

 

Parmi les passereaux, je surprends un accouplement de Moineau friquet (Passer montanus), des Chardonneret élégant (Carduelis carduelis), 3 Mésange bleue (Cyanistes caeruleus), 1 Mésange charbonnière (Parus major), des Bergeronnette grise (Motacilla alba) dont plusieurs juvéniles.

 

Nous prenons ensuite le bateau pour une promenade de quelques heures autour de Sfantu Gheorghe. J'observe mes premiers Faucon kobez (Falco vespertinus) qui chassent en compagnie des Faucon hobereau (Falco subbuteo). Les Coucou gris (Cuculus canorus) sont encore très présent et je peux en photographier un. Un joli mâle de Busard des roseaux (Circus aeruginosus) passe près du bateau.

 

Nous faisons une pause près de l'endroit où le canal se jette dans la mer Noire. Ici, les Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus) sont très nombreux, ils nous gratifient de leur technique de pêche collective, disposés en cercle et plongeant le bec dans l'eau tous en même temps. Quelques Pélican frisé (Pelecanus crispus) les accompagnent. Des centaines de Cygne tuberculé (Cygnus olor) sont visibles au loin en mer. Parmi les nouvelles espèces, je note 2 Tadorne de Belon (Tadorna tadorna), un groupe de Guifette noire (Chlidonias niger) survole le bateau. Quelques Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) et Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) sont également notées. Nous déjeunons à bord et rentrons à St Georges.

 

L'après-midi, nous partons à pied vers les rivages de la mer Moire. Dans les buissons, nous entendons et voyons des Fauvette babillarde (Sylvia curruca) qui ont trouvé ici un excellent endroit pour nicher. Un site également apprècié par les Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). Dans les marais arrière-littoraux nichent quelques couples d'Oie cendrée (Anser anser). Nous arrivons sur la plage, c'est dimanche et les touristes sont assez nombreux et nous faisons vite demi-tour, pas grand chose à observer. Au retour, nous découvrons un minuscule serpent de quelques cm de long, c'est une vipère d'Orsini.

 

En fin de journée, nouvelle balade dans les buissons où je surprends un Pic cendré (Picus canus). Puis, nous découvrons une Fauvette babillarde (Sylvia curruca) en plein nourrissage, nous ne cherchons pas le nid, mais observons longuement le petit oiseau voler de branches et branches le bec plein d'insectes. Plus loin, un jeune Etourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) à peine volant nous prouve que le site est propice à la reproduction. Nous dinons et passons la nuit à la Pension Lucia.

 

 

Le 24 mai

Comme hier matin, petite balade le long du Danube, avec les mêmes espèces que la veille.

 

 

Après le petit-déjeuner, nous partons à pied autour d'une petite zone humide derrière le village. Une colonie de Guêpier d'Europe (Merops apiaster) a creusé ses nids dans le talus d'un petit canal. Les oiseaux nous montrent toutes leurs couleurs lors de leurs parties de chasse aux insectes. Un Faucon hobereau (Falco subbuteo) fait également un passage. Des Guifette moustac (Chlidonias hybrida) nichent sur le petit plan d'eau, les nids sont installés sur des plantes flottantes. Plus loin, une Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) égrène son chant très sonore... et peu mélodieux, il faut le dire. Une Bergeronnette printanière (Motacilla flava) l'accompagne dans la roselière.

 

Les grenouilles vertes se font aussi entendre et voir. Nous quittons ce magnifique endroit pour une dernière promenade dans les rues de Saint-Georges. Ce village n'est accessible qu'en bateau, il comporte un millier d'habitants pour la plupart d'origine Ukrainienne. Quelques Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) sont visibles sur les toits.

 

Nous remontons à bord du bateau et quittons le village pour reprendre notre navigation sur les lacs et canaux du delta. Nous suivons un long canal bordé de buissons qui abritent Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor). Les Coucou gris (Cuculus canorus) sont toujours aussi nombreux. Des Cigogne blanche (Ciconia ciconia) ont installés leurs nids sur les pylones électriques qui suivent la rive. Un Faisan de Colchide (Phasianus colchicus) se promène au bord de l'eau.

 

Les Rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) sont toujours aussi démonstratives et nous pouvons en approcher quelques-unes. Les Héron pourpré (Ardea purpurea) sont aussi bien présents dans les roselières qui s'étendent à perte de vue. J'y note également un Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). Plus loin, dans des arbres qui bordent la rives, nous trouvons un groupe de Panure à moustaches (Panurus biarmicus). Sans cesse en mouvement et cachés par les branches, les oiseaux sont difficiles à observer et photographier. Ensuite, nous découvrons une nid de Rémiz penduline (Remiz pendulinus) en cours de construction, petit chef-d'oeuvre naturel couvert de chatons de saule ou de massette. Malheureusement, ceux-ci sont souvent victime du pillage de touristes indélicats.

 

Après avoir traversé le lac Rosu, nous rejoignons le deuxième bras principal du Danube que nous descendons jusqu'à Sulina. Ce port situé au bord de la mer Noire compte environ 5000 habitants. C'est ici que les gros cargos sortent de la mer pour remonter le Danube. La ville connait actuellement une forte crise économique et sa population à beaucoup diminué, de nombreux bâtiments désafectés sont visibles sur la rive d'en face. Nous nous installons pour la nuit à la pension Jean Bart !!!

 

 

Le 25 mai

Comme d'habitude, levé aux aurores, je pars pour une petite balade matinale sur les quais du Danube et pour aller voir la jolie église orthodoxe de Sulina.

 

 

Après le petit-déjeuner, nous partons à pied en direction de la mer Noire. Nous faisons une halte dans le cimetière, endroit souvent intéressant pour les oiseaux. Effectivement, nous pouvons y observer une colonie de Guêpier d'Europe (Merops apiaster) qui a creusé ses nids dans les rives d'un canal pourtant bien pollué. Une Huppe fasciée (Upupa epops) joue à cache-cache derrière les tombes, imitée par un Traquet motteux (Oenanthe oenanthe). Une Pie-grièche à poitrine rose (Lanius minor) fait la navette entre les différents arbres. Plus loin, quelques plans d'eaux, eux aussi pollués, nous permettent de voir quelques Echasse blanche (Himantopus himantopus) et Tadorne de Belon (Tadorna tadorna). Une Bondrée apivore (Pernis apivorus) passe en vol et se fait houspiller par des Corneille mantelée (Corvus cornix).

 

Nous remontons à bord et quittons Sulina sur le large bras du Danube que nous remontons vers l'ouest. Le fleuve est presque en crue comme en témoignent sa couleur marron et le fort débit. Notre petite embarcation a du mal à avancer et nous mettons de longues heures avant de bifurquer après le village de Crisan. Nous retrouvons un plus petit canal et les oiseaux sont également plus nombreux. Une colonie de Guifette moustac (Chlidonias hybrida) s'est installée sur des nénuphars dans un petit plan d'eau à l'écart du canal. Mais, il commence à pleuvoir et nous esuyons une grosse averse d'orage. Après la pluie, le paysage est magnifique lorsque le soleil réapparait.

 

Plus nous avançons, plus les oiseaux sont nombreux. Nous voyons notre premier Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis). Une Spatule blanche (Platalea leucorodia) passe en vol, puis une groupe de Barge à queue noire (Limosa limosa). Nous faisons un arrêt près d'une zone où de nombreuses espèces sont rassemblées. Parmi les nouveautés, notons un Petit gravelot (Charadrius dubius), des Sarcelle d'été (Anas querquedula), un Canard souchet (Anas clypeata).

 

Nous continuons notre avancée lorsque nous approchons d'un groupe de Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus). Les oiseaux vont nous faire un festival d'envols successifs dans une lumière de fin de journée exceptionnelle.

 

Nous atteignons Caraorman, notre étape du soir, entouré de zones humides qui s'annoncent très intéressantes pour demain... Nous dinons et passons la nuit dans une guest-house de ce village situé en plein coeur du delta.

 

 

Le 26 mai

Le village de Caraorman est situé sur un immense banc de sable de 7000 hectares, vestige d'une ancienne plage au bord de la mer Noire. Il comporte quelques centaines d'habitants, majoritairement d'origine Ukrainienne. Son nom, d'origine Turque, signifie la forêt noire. Aux alentours, le paysage est constitué de vastes zones humides, des dunes de sable et une grande forêt de chênes. On y trouve aussi les ruines d'un complexe industriel du temps de Ceaucescu. Le dictateur voulait faire de Caraorman le centre économique du delta du Danube en y exploitant le sable d'excellente qualité. Il a fait construire de nombreux batiments, hangars, convoyeurs et deux immenses grues. Tout cela n'a jamais servi et tout a été stoppé en 1989. De cet immense gâchis ne restent maintenant que des ruines envahies par des ânes !!!!

 

L'une des première espèce que j'observe en sortant de notre hébergement est le Pic syriaque (Dendrocopos syriacus). Il tambourine bruyamment sur un nichoir en bois installé sur le tronc d'un arbre. A côté un couple de Cigogne blanche (Ciconia ciconia) a construit son nid au sommet d'un pylone électrique et nous pouvons voir les poussins, ainsi que les claquements de becs et parades qui saluent l'arrivée d'un des adultes dans le nid.

 

 

Nous partons à pied pour une balade au bord de la zone humide qui abrite entre autres Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), Echasse blanche (Himantopus himantopus), Petit gravelot (Charadrius dubius), Vanneau huppé (Vanellus vanellus). Mais l'atttraction principale est la présence de la Glaréole à collier (Glareola pratincola) qui niche ici. Nous observons ces magnifiques oiseaux en vol au dessus de nos têtes. Les orchis des marais sont en fleur, nous en voyons très régulièrement dans le delta. Nous poursuivons la promenade en direction des dunes où nous faisons envoler deux Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus). Nous rentrons au village après un passage à côté de la forêt noire.

 

Il est temps de remonter à bord et de reprendre la navigation. Quelques nouvelles espèces sont notées, un Blongios nain (Ixobrychus minutus) survole la roselière durant quelques secondes, un Pic noir (Dryocopus martius) reste lui aussi quelques secondes en vue sur le tronc d'un arbre mort. Je note également les premières Hirondelle de rivage (Riparia riparia). Enfin, j'aperçois un Gobemouche gris (Muscicapa striata).

 

Nous poursuivons ainsi jusqu'en fin d'après-midi où nous rejoignons le village de Mila 23, situé au bord d'un ancien méandre du Danube, devenu un bras 'mort' depuis qu'un canal a été creusé afin de couper celui-ci. Il est peuplé de Lipovènes, un peuple Russe venu s'installer dans le delta au XVIIIème siècle. Nous dinons et passons la nuit dans une jolie pension.

 

 

Le 27 mai

La journée complète est consacrée à la navigation autour de Mila23. Parmi les observations intéressantes, nous commençons par longer une petite colonie nicheuse de Guifette noire (Chlidonias niger). Plus loin, une Rémiz penduline (Remiz pendulinus) nous laisse le temps de la photographier avant de disparaitre dans la végétation. Nous voyons également 3 Blongios nain (Ixobrychus minutus) en vol. 2 Chevalier cul-blanc (Tringa ochropus) se nourrissent sur les bords d'un petit canal.

 

Une pause imprévue pour enlever les plantes qui empêchent l'hélice de tourner, nous permet de photographier une grenouille verte, quelques-unes de innombrables libellules, dont certaines viennent ici pondre sur ces plantes aquatiques. Plus loin, nous trouvons notre première tortue, une cistude d'Europe.

 

Nous faisons une pause pour visiter le monastère de Batag (Saint Atanasie) situé au bord du canal. Celui-ci a été construit il y a une dizaine d'année sur des terres rendues aux moines. Une jolie Hirondelle rustique (Hirundo rustica) y pose pour la photo.

 

Tout à côté du monastère, sur la rive d'en face se trouve la grande attraction de notre journée. Il s'agit d'une colonie mixte Faucon kobez (Falco vespertinus) / Corbeau freux (Corvus frugilegus). Les deux espèces cohabitent dans une groupe d'arbres où ils ont installé leurs nids. Les corbeaux sont en train de nourrir les jeunes déjà bien grands, alors que les faucons en sont à l'installation des nids et nous observons des accouplements. Un grand rapace survole le site à haute altitude, c'est très probablement un Aigle pomarin (Aquila pomarina).

 

Après le déjeuner face à ce magnifique spectacle, nous reprenons la navigation. Une nouvelles espèce est notée un peu plus loin, le Bruant proyer (Emberiza calandra). Sur la route du retour, nous pouvons observer et photographier des Grèbe jougris (Podiceps grisegena) et deux jolies Sterne pierregarin (Sterna hirundo). Nous rentrons à Mila 23 et passons la nuit dans la même pension.

 

 

Le 28 mai

C'est déjà notre dernière journée dans ce magnifique écosystème que constitue le delta du Danube. Nous quittons Mila 23 en direction de Tulcea. Parmi les attractions de la journée, notons ce Pic cendré (Picus canus) qui vient se poser sur un arbre qui surplombe le canal et se laisse admirer plusieurs minutes.

 

 

Un rat musqué traverse le canal devant notre bateau, transportant quelques matériaux. Aujourd'hui constituait notre dernière chance de voir le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla). Ce fut chose faite à 2 reprises, un adulte est vu posé à la cime d'un arbre, mais s'envole avant que nous ayons pu l'approcher suffisamment. Le second, beaucoup plus proche, était posé sur la rive dans la végétation et s'enfuit au passage du bateau sans que nous puissions le voir correctement. Nous faisons la pause déjeuner près d'une colonie de Guifette moustac (Chlidonias hybrida) en pleine activité. Les oiseaux passent inlassablement en transportant des matériaux de construction.

 

Nous réalisons les dernières photos des oiseaux qui nous ont accompagnés durant ces 7 jours d'immersion dans le delta. Le Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) est particulièrement bien représenté ce jour. Les 2 dernières nouveautés sont un couple de Pigeon colombin (Columba oenas) qui passe en vol et un Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) vu posé dans les arbres qui bordent la rive. Nous atteignons Tulcea en fin d'après-midi et passons la nuit à la pension Melisa.

 

 

Le 29 mai

Petite balade matinale dans le parc qui jouxte notre hébergement et qui offre une jolie vue sur Tulcea et le Danube. Je peux y observer un Pic syriaque (Dendrocopos syriacus).

 

Nous partons en bus vers le sud-est et faisons un premier arrêt à côté d'une falaise où nichent Guêpier d'Europe (Merops apiaster) et Etourneau sansonnet (Sturnus vulgaris). Une Chevêche d'Athéna (Athene noctua) y est également observée. Aux alentours, je note 2 Pipit rousseline (Anthus campestris), quelques Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), 3 Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) et 2 Bruant proyer (Emberiza calandra). Nous poursuivons vers un deuxième site similaire où les mêmes espèces sont notées.

 

Notre minibus nous conduit ensuite vers le lac de Murighiol, une zone humide très intéressante. Sur les ilôts nichent Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), Fuligule nyroca (Aythya nyroca), Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), Mouette mélanocéphale (Ichthyaetus melanocephalus), Goéland pontique (Larus cachinnans) et Sterne pierregarin (Sterna hirundo). Le ballet aérien est incessant pour nourrir tous les poussins affamés. Sur les bords, Echasse blanche (Himantopus himantopus) et Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), nicheuses également, alertent à notre passage en nous survolant à grand renfort de cris.

 

Après avoir fait une promenade le long de ce lac, puis pris le pique-nique, nous reprenons la route vers Enisala et particulièrement sa forteresse. Celle-ci date du XIIème - XIVème siècle, elle a été batie sur une falaise calcaire afin de surveiller l'embouchure de Danube. On y découvre un joli panorama. Peu d'oiseaux ici, si ce ne sont les Huppe fasciée (Upupa epops) et les Traquet motteux (Oenanthe oenanthe) dont quelques juvéniles.

 

Sur le chemin du retour, nous faisons un arrêt pour observer un nid de Cigogne blanche (Ciconia ciconia) sous lequel une colonie de Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) s'est installée. Nous rentrons à Tulcea et passons la nuit à la pension Melisa.

 

 

Le 30 mai

Nous quittons Tulcea pour rejoindre les bords de la mer Noire. Nous traversons la campagne Roumaine où les travaux dans les champs sont encore souvent fait manuellement par de nombreux ouvriers agricoles et par des charrues tirées par des animaux. Les herbicides sont encore peu utilisés comme en témoignent les innombrables coquelicots qui poussent dans les champs de céréales. Nous arrivons dans la petite localité de Vadu et nous arrêtons près d'un complexe industriel à l'abandon comme nous en avons vu déjà plusieurs en route.

 

Nous partons à pied observer sur les différents étangs arrière-littoraux. Un petit oiseau chante dans la roselière, nous pouvons l'apercevoir, il s'agit d'une Rousserolle isabelle (Acrocephalus agricola). Des Panure à moustaches (Panurus biarmicus) sont également installées ici, ainsi que des Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus). Une Bergeronnette printanière (Motacilla flava) de la sous-espèce des Balkans (feldegg) y est aussi observée.

 

Plus loin, un plan d'eau accueille quelques limicoles, un Chevalier sylvain (Tringa glareola) et des Chevalier gambette (Tringa totanus). On y trouve également une crêche de poussins de Tadorne de Belon (Tadorna tadorna). 3 Sterne caspienne (Hydroprogne caspia), des Mouette mélanocéphale (Ichthyaetus melanocephalus) et quelques Mouette pygmée (Hydrocoloeus minutus) sont aussi présentes. Un groupe de Spatule blanche (Platalea leucorodia) vient se poser non loin. Sur les digues de sable, on peut voir un curieux mammifère, le souslik. Ce petit rongeur y creuse des terriers avec des guetteurs qui se dressent sur leurs pattes arrières.

 

Nous poursuivons jusque sur les dunes et la plage très fréquentées en ce dimanche. Nous pouvons néanmoins voir des Cochevis huppé (Galerida cristata), un groupe de Sterne caugek (Thalasseus sandvicensis) passe en mer. Le ciel se charge, une averse tombe et nous partons pique-niquer à l'abri.

 

Nous reprenons la route vers Histria, située à quelques kilomètres. Là encore, de vastes marais nous permettent de jolies observations. Les limicoles sont peu nombreux, mais offrent une belle variété; des Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), 3 Bécasseau cocorli (Calidris ferruginea), des Bécasseau minute (Calidris minuta), des Barge à queue noire (Limosa limosa) et un Combattant varié (Philomachus pugnax) sont observés. Tout cela survolé par des Glaréole à collier (Glareola pratincola), des Sterne naine (Sternula albifrons) et des Alouette des champs (Alauda arvensis). Plus loin, près du musée, des Moineau espagnol (Passer hispaniolensis) ont aussi installé leurs nids sous celui d'un couple de Cigogne blanche (Ciconia ciconia).

 

Nous quittons le littoral pour rejoindre la forêt de Babadag. Nous y faisons une petite promenade qui ne nous donne pas grand chose car il est un peu trop tard, seule nouvelle espèce notée, la Mésange nonnette (Poecile palustris). Nos nous installons ensuite près de là, à l'hôtel Doi Iepurasi

 

 

Le 31 mai

Pour cette dernière journée, nous changeons radicalement de milieu pour aller observer dans le parc National des montagnes de Macin. En route, nous notons les premières Buse féroce (Buteo rufinus) accompagnées de Buse variable (Buteo buteo). Nous faisons un arrêt pour observer une Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator). Les Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) sont assez nombreuses. Plus loin, ce sont 3 Cigogne noire (Ciconia nigra) qui se nourrissent en compagnie de Cigogne blanche (Ciconia ciconia) dans un petit marais.

 

Nous arrivons au pied de la petite chaine de montagne et roulons dans un milieu de steppe. Les Traquet isabelle (Oenanthe isabellina) sont ici très nombreux. Nous notons aussi des Bruant proyer (Emberiza calandra), un Cochevis huppé (Galerida cristata), des Alouette des champs (Alauda arvensis), des Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) et deux Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus).

 

Dans un petit bosquet, nous trouvons un Pic mar (Dendrocopos medius). Notre guide nous trouve un énorme grillon, endémique à la région. Plus loin, une tortue, elle aussi endémique, traverse la piste devant nous. Nous poursuivons pour aller déjeuner chez le sympathique garde-forestier. Durant cet excellent repas, nous obervons un Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus), puis un Aigle botté (Hieraaetus pennatus) qui survolent la montagne.

 

Pour digérer, nous partons marcher dans la montagne. Les rapaces sont encore bien présents et nous notons un Epervier à pieds courts (Accipiter brevipes), des Buse féroce (Buteo rufinus) et un nouveau Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus). Une Alouette lulu (Lullula arborea) est posée sur un rocher proche de nous. Quelques Grand Corbeau (Corvus corax) passent en vol. Nous passons du temps à observer et tenter d'identifier un traquet lointain, après soumission des photos aux ornithos locaux, il semblerait que ce soit un hybride entre le traquet oreillard et le traquet pie. Nous notons aussi deux reptiles; le lézard vert et le lézard des Balkans.

 

Il est temps de rentrer et nous reprenons la route de l'hôtel, mais faisons un dernier arrêt non prévu près d'un pont. En effet, notre guide à vu une Hirondelle rousseline (Cecropis daurica). Nous pouvons effectivement l'observer, visiblement elle niche sous le pont. Cet arrêt est très intéressant car de l'autre côté de la route chante un Bruant mélanocéphale (Emberiza melanocephala), ce mâle se trouve sur un fil éléctrique et nous pouvons le photographier de très près. C'est sur cette dernière observation que se termine ce très beau voyage.

 

 

Liste complète des oiseaux observés