Carnet de voyage
       

Voyage ornithologique au Panama ( 2012)

Commentaires (0)

Livre conseillé

Ce circuit fut entièrement consacré à l'observation des oiseaux sur différents sites et biotopes répartis sur une grande partie du territoire Panaméen. Il est organisé et conduit par un excellent et sympathique guide local, Gonzalo Horna (http://panamabirdguide.com/). J'ai utilisé le guide d'identification suivant : The Birds of Panam - A Field Guide de George R. Angehr et Robert Dean.

 

 

Le 3 mars

Après être arrivé la veille à Panama City et avoir passé la nuit au Albrook Inn, je fait connaissance de mes 3 compagnons de voyage et de Gonzalo au petit matin. Nous partons immédiatement pour le Parque Natural Metropolitano, un immense parc de 232 hectares, situé sur les hauteurs de la capitale à quelques minutes de notre hôtel.

 

Il nous suffit de faire quelques pas pour découvrir les premiers oiseaux. Un grand arbre qui a perdu ses feuilles à cette époque accueille de nombreuses espèces, notamment plusieurs tyrannidés, Alapi à ventre blanc (Myrmeciza longipes), Tyranneau flavéole (Capsiempis flaveola), Todirostre familier (Todirostrum cinereum), Tyran sociable (Myiozetetes similis), Tyran licteur (Philohydor lictor), Tyran audacieux (Myiodynastes maculatus), Tyran mélancolique (Tyrannus melancholicus) et Attila à croupion jaune (Attila spadiceus).

 

D'autres représentants de familles d'oiseaux du nouveau continent y sont observés, les parulidés : Paruline à ailes dorées (Vermivora chrysoptera), Paruline jaune (Dendroica petechia), Paruline à flancs marrons (Dendroica pensylvanica) et Paruline à poitrine baie (Dendroica castanea)., ainsi que les thraupidés : Tangara à épaulettes blanches (Tachyphonus luctuosus), Tangara à dos rouge (Ramphocelus dimidiatus), Tangara évêque (Thraupis episcopus), Tangara des palmiers (Thraupis palmarum), Calliste gris (Tangara inornata), Guit-guit saï (Cyanerpes cyaneus) et Tangara émeraude (Chlorophanes spiza).

 

D'autres espèces utilisent également ce perchoir : Piaye écureuil (Piaya cayana), Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus), Pic de Malherbe (Campephilus melanoleucos), Grimpar cacao (Xiphorhynchus susurrans), Smaragdan émeraude (Vireolanius pulchellus), Organiste à calotte jaune (Euphonia luteicapilla), Organiste à bec épais (Euphonia laniirostris), Saltator des grands bois (Saltator maximus), Tamatia à front blanc (Notharchus hyperrhynchus), Colombe de Verreaux (Leptotila verreauxi) et Oriole noir et or (Icterus chrysater).

 

 

Quelques oiseaux très colorés et typiques du continent américain sont aussi observés : Toui à menton d'or (Brotogeris jugularis), Pione à tête bleue (Pionus menstruus), Trogon de Masséna (Trogon massena), Araçari à collier (Pteroglossus torquatus), Toucan à carène (Ramphastos sulfuratus).

 

 

Dans les buissons environnants ou au sol, Sporophile variable (Sporophila corvina), Tohi ligné (Arremonops conirostris), Colombe rousse (Columbina talpacoti), Evêque bleu-noir (Cyanocompsa cyanoides) cherchent leur nourriture.

 

 

Après plusieurs heures passées au pied de cet arbre et dans les environs proches, nous commençons à marcher sur l'un des sentiers aménagés dans le parc. On nous signale qu'un paresseux d'hoffmann est visible un peu plus loin. Nous trouvons effectivement ce curieux mammifère qui porte bien son nom et avance à très lente vitesse sur la branche d'un arbre.

 

Quelques bruyants Cassique à bec mince (Cacicus microrhynchus) et Cassique cul-jaune (Cacicus cela) passent près de nous. Nous terminons la balade en cherchant quelques espèces plus discrètes que Gonzalo appelle par leur chant diffusé sur un lecteur MP3. C'est ainsi que nous pouvons voir un Batara fascié (Cymbilaimus lineatus), des Grisin étoilé (Microrhopias quixensis), un Troglodyte modeste (Thryothorus modestus), des Troglodyte des halliers (Thryothorus rutilus), un Microbate à long bec (Ramphocaenus melanurus) et un Habia à gorge rouge (Habia fuscicauda).

 

Quelques rapaces sont aussi observés en vol au dessus du parc. Les Urubu à tête rouge (Cathartes aura) et Urubu noir (Coragyps atratus) sont très nombreux et seront omniprésents durant tout le voyage. Nous notons également une Buse de Swainson (Buteo swainsoni) et un Milan du Mississippi (Ictinia mississippiensis) probablement en migration vers l'Amérique du Nord. Nous quittons le parc en fin de matinée et prenons la route vers le nord. Nous observons une autre espèce très commune, le Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus) , ainsi que des Moqueur des savanes (Mimus gilvus).

 

Nous roulons près du célèbre canal de Panama survolé par des Pélican brun (Pelecanus occidentalis) et Frégate superbe (Fregata magnificens). En route, nous faisons un arrêt pour observer un Petite Buse (Buteo platypterus) posée. Un Tyran des savanes (Tyrannus savana) nous fait également admirer sa longue queue fourchue. Un Martin-pêcheur à ventre roux (Megaceryle torquata) est vu posé sur un fil électrique lors de la traversée d'une ville.

 

 

Nous traversons le canal sur l'une des écluses de Gatun. Sur l'autre rive, des zones humides accueillent Grande Aigrette (Ardea alba) et Aigrette neigeuse (Egretta thula). Nous faisons une pause près du barrage de Gatun bâti sur le rio Chagres. Construit entre 1907 et 1913, c'est un élément crucial du canal de Panamá; il retient le lac Gatún qui transporte les navires sur 33 km de leur transit dans l'isthme. Une Buse noire (Buteogallus anthracinus) est posée dans un arbre sur la rive. Hirondelle des mangroves (Tachycineta albilinea), Hirondelle chalybée (Progne chalybea) et Hirondelle à gorge rousse (Stelgidopteryx ruficollis) sont nombreuses à se nourrir au dessus du rio.

 

Au pied du barrage, nous observons une Aigrette tricolore (Egretta tricolor), une Aigrette bleue (Egretta caerulea) et deux Chevalier grivelé (Actitis macularius). Deux Crécerelle d'Amérique (Falco sparverius) chassent au dessus des champs. Mais la plus belle observation sur ce site est une Paruline à gorge jaune (Dendroica dominica), très rare migrateur au Panama, qui se laisse admirer durant tout le temps que nous passons près du barrage.

 

Nous terminons le trajet en direction de Achiote, notre étape du soir. Les dernières espèces observées sont des Héron gardeboeufs (Bubulcus ibis) et Vanneau téro (Vanellus chilensis) dans les champs, ainsi que 2 magnifiques Trogon de Panama (Trogon chionurus). Nous passons la nuit dans le très rustique centre El Toucan.

 

 

Le 4 mars

Nous sommes à Achiote, petit village situé au nord du canal et proche du parc national San Lorenzo. Dans le village, je peux photographier Calliste gris (Tangara inornata) et Calliste à coiffe d'or (Tangara larvata). Nous y observons également une Elénie à ventre jaune (Elaenia flavogaster) et nos premiers colibris, l'Ermite hirsute (Glaucis hirsutus), l'Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl), l'Ariane d'Edward (Amazilia edward) et le Colibri jacobin (Florisuga mellivora). Dans les champs, nous trouvons Sturnelle militaire (Sturnella militaris), Ani à bec lisse (Crotophaga ani), Sporophile à ventre jaune (Sporophila nigricollis) et une jeune Talève violacée (Porphyrio martinica) survolés par des Caracara à tête jaune (Milvago chimachima).

 

Un peu plus loin, nous nous arrêtons au bord de la route en lisière de forêt et observons les oiseaux qui vont et viennent sur un grand arbre. Parmi les nouvelles espèces, citons l'Amazone à lores rouges (Amazona autumnalis), le Pic de Pucheran (Melanerpes pucherani), le Cotinga bleu (Cotinga nattererii), la Coracine noire (Querula purpurata), le Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus), le Tityre masqué (Tityra semifasciata), la Paruline des ruisseaux (Seiurus noveboracensis), le Tangara flamboyant (Ramphocelus flammigerus), le Cardinal à poitrine rose (Pheucticus ludovicianus), le Saltator à tête noire (Saltator atriceps) et le Cassique de Montezuma (Psarocolius montezuma). Un Grand Héron (Ardea herodias) passe en vol.

 

Nous entrons ensuite dans la forêt. La chaleur et la densité de la végétation ne nous facilite pas les observations. Nous trouvons cependant une Colombe de Cassin (Leptotila cassini) et un Tamatia à plastron (Notharchus pectoralis). Les fourmis coupeuses de feuille tracent de véritables autoroutes dans le sous-bois.

 

 

Après le déjeuner, nous reprenons la route et repassons les écluses de Gatun où un Tyran des savanes (Tyrannus savana) posé sur les barbelés nous fait patienter le temps que les écluses se ferment. Nous retournons vers Panama City, puis partons vers l'est en direction d'El Valle, situé à environ 500 m d'altitude. En route nous observons deux Motmot caraïbe (Momotus subrufescens) sur un fil électrique et des Merle fauve (Turdus grayi) à notre arrivée. La nuit tombe et nous nous installons au Park Eden B&B dans de magnifiques bungalows situés au coeur d'un somptueux jardin que nous apprécierons demain.

 

 

Le 5 mars

Le vent s'est levé et le ciel est couvert ce matin. Nous partons néanmoins pour une première balade le long d'une rivière qui descend des sommets environnants. La météo n'est pas très favorable et beaucoup d'oiseaux restent dans le couvert des arbres en raison du vent. Nous trouvons quand même de nouvelles espèces : Geai à poitrine noire (Cyanocorax affinis), Paruline à calotte rousse (Basileuterus rufifrons), Calliste rouverdin (Tangara gyrola), Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola).

 

Au retour, dans les pelouses des maisons situées plus bas, se nourrissent Cici grand-chanteur (Tiaris olivaceus), Sporophile variable (Sporophila corvina) et Troglodyte familier (Troglodytes aedon).

 

Nous reprenons la route pour rentrer au B&B et faisons un arrêt près d'un grand ficus dont les fruits attirent de nombreux oiseaux, dont quelques nouveautés : Ortalide à tête grise (Ortalis cinereiceps), Tyran du Panama (Myiarchus panamensis) ainsi qu'un paresseux à gorge brune.

 

Mais il est temps de rentrer pour prendre le petit déjeuner et profiter du jardin, d'ailleurs, le soleil se lève. Des mangeoires garnies de fruits et graines attirent les oiseaux, parmi lesquels Saltator des grands bois (Saltator maximus), Saltator strié (Saltator striatipectus), Tangara à dos rouge (Ramphocelus dimidiatus), Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus).

 

En cherchant dans le reste du jardin, nous trouvons un Ermite à longue queue (Phaethornis longirostris), des Paruline à calotte rousse (Basileuterus rufifrons), un couple de Tangara à galons blancs (Tachyphonus rufus), des Tangara évêque (Thraupis episcopus), un Guit-guit saï (Cyanerpes cyaneus), un Organiste à calotte jaune (Euphonia luteicapilla), un Organiste à couronne rousse (Euphonia anneae), un Piranga vermillon (Piranga rubra) femelle et deux Tohi ligné (Arremonops conirostris).

 

Nous quittons à regret ce jardin extraordinaire qui mériterait de s'attarder un jour de plus, pour regagner le sud et la côte Pacifique. Nous allons à Punta Chame, une pointe qui s'avance dans l'océan. En route, nous observons des Caracara du Nord (Caracara cheriway) et une Buse urubu (Buteogallus urubitinga) posée. Nous arrivons au bord d'une lagune qui accueille de nombreux oiseaux marins. Les plus nombreux sont les Sterne royale (Thalasseus maximus) accompagnées de quelques Sterne caugek (Thalasseus sandvicensis). Elles font la navette entre l'océan et la lagune en passant au dessus de nous.

 

Quelques ardéidés les accompagnent, ainsi qu'un Cormoran vigua (Phalacrocorax brasilianus). Des Ibis blanc (Eudocimus albus) passent en vol. Au dessus de l'océan passent Pélican brun (Pelecanus occidentalis), Frégate superbe (Fregata magnificens) et un Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus). Enfin, sur la plage, nous observons des limicoles, Bécasseau sanderling (Calidris alba), Bécasseau semipalmé (Calidris pusilla), Gravelot semipalmé (Charadrius semipalmatus) et Gravelot de Wilson (Charadrius wilsonia).

 

Ce n'est pas fini pour la journée, nous rentrons à Panama City et nous rendons sur une vasière où de nombreux limicoles cherchent leur pitance, Echasse d'Amérique (Himantopus mexicanus), Huîtrier d'Amérique (Haematopus palliatus), Vanneau téro (Vanellus chilensis), Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), Bécassin à bec court (Limnodromus griseus), Barge marbrée (Limosa fedoa), Courlis corlieu (Numenius phaeopus), Chevalier semipalmé (Tringa semipalmata) s'affairent à chercher leur nourriture. Des Mouette atricille (Leucophaeus atricilla) et 2 Sterne hansel (Gelochelidon nilotica) les accompagnent. C'est aussi ici que nous faisons notre plus belle découverte du voyage : 2 Avocette d'Amérique (Recurvirostra americana) se trouvent au loin, à la limite de l'océan. Selon notre guide, c'est la première fois qu'on observe cette espèce sur le site et l'une des rares mentions au Panama pour cette espèce dont la zone d'hivernage la plus méridionale s'arrête au Guatemala.

 

Il nous reste un dernier site à visiter pour cette journée décidément bien remplie. Nous reprenons la voiture et observons en pleine ville des Sicale bouton-d'or (Sicalis flaveola), une espèce sud-américaine introduite via les bateaux transitant sur le canal, et qui s'est installée ici. Nous nous arrêtons près d'une petite mare où se trouvent des Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis), sauvages selon Gonzalo, puis allons marcher le long d'une rivière dont le lit est bien pollué par les ordures de la ville. Malgré tout, nous trouvons de nouveaux limicoles, Chevalier criard (Tringa melanoleuca), Chevalier à pattes jaunes (Tringa flavipes), Chevalier solitaire (Tringa solitaria), Chevalier semipalmé (Tringa semipalmata) et Chevalier grivelé (Actitis macularius). Nous sommes venus chercher ici la paruline des magrove, une sous-espèce de la Paruline jaune (Dendroica petechia), qui a la tête marron, nous finissons par en voir une quelques secondes. La nuit tombe et nous rentrons diner et passer la nuit au Albrook Inn.

 

 

Le 6 mars

Nous partons vers le nord du côté de la ville de Gamboa où se trouve le parc national Soberiana. Nous longeons le canal et faisons une première pause près d'une zone humide. Nous y trouvons un Anhinga d'Amérique (Anhinga anhinga), un Héron vert (Butorides virescens), 3 Onoré rayé (Tigrisoma lineatum), une Talève violacée (Porphyrio martinica), des Jacana noir (Jacana jacana), 2 Oriole à queue jaune (Icterus mesomelas), 1 Martin-pêcheur à ventre roux (Megaceryle torquata), des Pigeon rousset (Patagioenas cayennensis). Un Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) vient survoler le plan d'eau. Un Martinet de Cayenne (Panyptila cayennensis) est aussi vu en vol, accompagné d'Hirondelle des mangroves (Tachycineta albilinea) et Hirondelle rustique (Hirundo rustica).

 

Nous poursuivons vers Pipeline Road, site très réputé situé dans la forêt tropicale. Les tyrannidés sont nombreux, dont 3 nouvelles espèces, le Tyran pirate (Legatus leucophaius), le Tyran olivâtre (Myiarchus tuberculifer) et le Tyran pitangua (Megarynchus pitangua). Nous tentons d'appeler quelques troglodytes en diffusant leur chant, mais sans succès, seul un Batara à nuque noire (Thamnophilus atrinucha) vient se montrer. Quelques Toucan à carène (Ramphastos sulfuratus) et Toucan de Swainson (Ramphastos swainsonii) passent en vol.

 

Nous continuons vers le centre des visiteurs où sont installées des mangeoires pour les colibris. Nous y observons Ermite à longue queue (Phaethornis longirostris), Colibri jacobin (Florisuga mellivora), Mango à cravate noire (Anthracothorax nigricollis), Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl) et Ariane aimable (Amazilia amabilis).

 

 

Après déjeuner, nous allons vers Old Gamboa Road où se trouvent de belles zones humides. Nous y trouvons Martin-pêcheur vert (Chloroceryle americana), Martin-pêcheur d'Amazonie (Chloroceryle amazona), le spectaculaire Savacou huppé (Cochlearius cochlearius), un héron au bec énorme, une Paruline orangée (Protonotaria citrea) et un Passerin indigo (Passerina cyanea).

 

Gonzalo nous emmène ensuite pour une dernière et jolie observation. En route, un Tamatia à front blanc (Notharchus hyperrhynchus) se laisse longuement admirer. Puis, nous finissons par trouver ce que nous étions venu chercher, la Chouette à lunettes (Pulsatrix perspicillata) qui nous observe de ses grands yeux surmontés de sourcils blancs.

 

Nous rentrons ensuite à Panama City pour prendre un vol qui nous emmène à David, dans la province de Chiriqui, à l'extrême est du pays. Notre guide pour les 2 jours que nous passerons là s'appelle Ito et nous accueille à l'aéroport. Il nous conduit vers l'extraordinaire logement où nous allons passer la nuit. Il se trouve près de la ville de Guadalupe. Il s'agit de l'Ecotreat resort (ecotreat.org/ecotreat), bâti au coeur de la forêt pluviale à environ 2000 m d'altitude.

 

 

Le 7 mars

Nous sommes dans un autre monde. Il fait frais et humide à cette altitude, les sommets sont masqués par la brume. Nous sommes à la limite entre le parc La Amistad (transfrontalier avec le Costa-Rica) et le parc national du volcan Baru. La star des lieux s'appelle le Quetzal resplendissant (Pharomachrus mocinno) et nous entendons ses cris dès notre sortie du lodge. Nous parvenons ensuite à en voir quelques un, assez loin et souvent cachés dans l'épaisse végétation. Depuis notre point de vue sur la terrasse, nous observons les premières espèces, un Cabézon de Frantzius (Semnornis frantzii), un Moucherolle jaunâtre (Empidonax flavescens) et un Anabate des ravins (Thripadectes rufobrunneus).

 

Nous partons ensuite à pied dans la forêt. Des rondes de petits passereaux colorés animent les sous-bois. Elles sont composées de Paruline ceinturée (Myioborus torquatus), Paruline sombre (Basileuterus melanogenys), Paruline embrasée (Parula gutturalis), Paruline ardoisée (Myioborus miniatus).

 

Nous finissons par apercevoir une espèce très dicrète que Ito appelle en diffusant son chant, la Paruline de Zeledon (Zeledonia coronata). Même chose avec le Troglodyte ocré (Troglodytes ochraceus) et le Troglodyte à poitrine grise (Henicorhina leucophrys). Les troncs des arbres sont explorés par plusieurs espèces d'oiseaux grimpeurs; Anabasitte tachetée (Premnoplex brunnescens), Anabasitte rousse (Margarornis rubiginosus), Anabate chamois (Pseudocolaptes lawrencii), Grimpar moucheté (Lepidocolaptes affinis). Le cris métallique du Solitaire masqué (Myadestes melanops) retentit, mais l'oiseau reste très difficile à voir. La Grive à bec noir (Catharus gracilirostris) et la Grive à calotte rousse (Catharus frantzii) recherchent leur nourriture à terre.

 

Plus bas, près de bungalows en construction, des mangeoires ont été installées pour les colibris et c'est un véritable festival qui nous y attend. Les plus gros font la loi : le Campyloptère violet (Campylopterus hemileucurus) et le Colibri de Rivoli (Eugenes fulgens). Les autres attendent leur tour comme le magnifique Colibri à ventre châtain (Lampornis castaneoventris).

 

D'autres espèces sont présentes en moins grand nombre ; Colibri thalassin (Colibri thalassinus), Colibri insigne (Panterpe insignis), Colibri à épaulettes (Eupherusa eximia) et Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl). Au sol, nous trouvon aussi un Tohi à nuque brune (Arremon brunneinucha) et des Tohi à cuisses jaunes (Pselliophorus tibialis).

 

 

Nous remontons au lodge pour le déjeuner, puis avons un peu de temps libre avant la balade de l'après-midi. En attendant le reste du groupe qui va descendre en véhicule, je décide avec James de descendre à pied. Bien nous en a pris car un éclair vert nous fait stopper net. Un Quetzal resplendissant (Pharomachrus mocinno) mâle est posé à une dizaine de mètres devant nous. La femelle est elle aussi présente un peu plus loin. Nous restons plus de 30 minutes (bientôt rejoints par le reste du groupe) à observer cette extraordinaire créature, parfois considérée comme le plus bel oiseau de monde. Le plumage de la femelle est couvert de copeaux de bois, preuve que le couple est en train de creuser son nid.

 

Après ce merveilleux moment qui restera comme l'image du voyage, nous reprenons la route et descendons à Guadalupe pour aller marcher sur Los Quetzales Trail. En route, nous faisons une pause pour observer un Moucherolle noir (Sayornis nigricans) posé sur un toit, et un Bruant chingolo (Zonotrichia capensis) dan un jardin. Près du parking, nous observons une Grive à bec noir (Catharus gracilirostris), une Paruline à gorge noire (Dendroica virens) et des Paruline à calotte noire (Wilsonia pusilla).

 

Plusieurs nouvelles espèces sont observées le long du chemin; une Pénélope unicolore (Chamaepetes unicolor), des Pigeon vineux (Patagioenas subvinacea), un Colibri flammule (Selasphorus flammula), des Elénie montagnarde (Elaenia frantzii), un Moucherolle à tête noire (Empidonax atriceps), des Merle de montagne (Turdus plebejus), un Chardonneret mineur (Carduelis psaltria), un Percefleur ardoisé (Diglossa plumbea) et des Chlorospin à sourcils brisés (Chlorospingus pileatus). Il est temps de rentrer et nous reprenons la voiture, mais faisons un dernier arrêt car nous trouvons enfin le Ptilogon à longue queue (Ptilogonys caudatus) que nous pensions avoir manqué. Il est malheureusement à contre-jour et la photo ne reflète pas etièrement la beauté de ce superbe oiseau.

 

 

Le 8 mars

Deuxième et déjà dernière journée dans la province de Chiriqui, on serait bien resté quelques jours de plus à l'Ecotreat... Aujourd'hui, nous allons descendre en altitude et nous rendre encore plus près de la frontière costaricienne sur les terres de la Finca Hartmann. Nous allons observer les oiseaux dans une ferme dont la principale production est le café. La météo est très ensoleillée et plus chaude que la veille.

 

Premier centre d'intérêt, les mangeoires garnies de fruits. Elles attirent principalement les tangaras. Parmi les nouveautés, notons le Tangara du Costa-Rica (Ramphocelus costaricensis) et les magnifiques Calliste safran (Tangara icterocephala) et Calliste tiqueté (Tangara guttata). D'une autre famille, l'Oriole de Baltimore (Icterus galbula) n'en est pas moins coloré.

 

Dans les arbres voisins, des Araçari de Frantzius (Pteroglossus frantzii) font une brève apparition. Une Grive à bec orange (Catharus aurantiirostris) se fait entendre et finit par se montrer. Un autre arbre est particulièrement prisé par les parulines : Paruline à joues noires (Parula pitiayumi), Paruline à flancs marrons (Dendroica pensylvanica), Paruline à gorge orangée (Dendroica fusca), Paruline flamboyante (Setophaga ruticilla) s'y succèdent. En vol, passent des Milan à queue fourchue (Elanoides forficatus) et des Cassique huppé (Psarocolius decumanus).

 

Nous poursuivons dans les plantations de café lorsque Ito perçoit le chant d'une espèce intéressante, le Batara capucin (Thamnophilus bridgesi). Nous voilà partis à sa recherche à travers les caféiers, nous finirons par l'observer à la limite de la forêt. Nous observons également un Pipromorphe à tête grise (Leptopogon superciliaris), un Moucherolle à ventre jaune (Empidonax flaviventris), un Tyran à tête grise (Myiozetetes granadensis) et des Gobemoucheron tropical (Polioptila plumbea) pour les nouveautés. Un nouveau colibri est aussi noté, le Colibri corinne (Heliomaster longirostris) au très long bec.

 

Nous allons ensuite nous balader dans une partie blus arborée où nous trouvons le joli Microtyran chevelu (Lophotriccus pileatus), un Viréo à gorge jaune (Vireo flavifrons) et un Viréon menu (Hylophilus decurtatus).

 

Il est temps de quitter cette magnifique ferme pour retourner à David pour rentrer à Panama City. En route, nous faisons une pause au bord d'un ruisseaux où Ito nous trouve une Paruline à croupion fauve (Basileuterus fulvicauda) et aussi un Manakin à col orange (Manacus aurantiacus), magnifique boule de plume qui prend un malin plaisir à rester caché au fin fond des buissons. Des Martinet de Vaux (Chaetura vauxi) sont aussi observés.

 

 

Le 9 mars

Nous quittons Panama City en direction de l'ouest vers la province de Darien, frontalière avec la Colombie. Nous faisons quelques pauses en route, tout d'abord au bord de rizières. Un nouveau rapace y est observé, l'Elanion à queue blanche (Elanus leucurus) qui nous gratifie de son vol sur place. Dans les parcelles, outre les nombreux ardéidés habituels, nous trouvons des Sturnelle militaire (Sturnella militaris) et des Sturnelle des prés (Sturnella magna) ainsi que 2 Chevalier solitaire (Tringa solitaria). Un Tantale d'Amérique (Mycteria americana) sera aussi vu en vol.

 

Nous nous arrêtons ensuite sur les rives du lac Bayano, un grand lac artificiel, le second plus grand du pays après le lac Gatun. Nous y observons un couple de Grèbe minime (Tachybaptus dominicus), des Cormoran vigua (Phalacrocorax brasilianus), un Anhinga d'Amérique (Anhinga anhinga) arrive en vol et vient se poser près de nous. Hirondelle chalybée (Progne chalybea) et Hirondelle rustique (Hirundo rustica) sont nombreuses à chasser au dessus des eaux.

 

Gonzalo est aussi venu ici car il veut nous montrer une nouvelle espèce dans les buissons. Ce sont tout d'abord un Troglodyte modeste (Thryothorus modestus) et un couple de Batara rayé (Thamnophilus doliatus) qui se montrent. Puis, l'oiseau attendu finit par répondre au chant diffusé, c'est un Grisin de jais (Cercomacra nigricans) qui ne reste en vue que quelques secondes avant de disparaitre de nouveau dans le couvert.

 

Nous traversons ensuite une grande forêt où nous faisons une pause, le temps de trouver un Pic cannelle (Celeus loricatus) et un Tamatia barré (Nystalus radiatus). Puis, nous arrivons à la frontière de la province de Darien où nous devons nous soumettre à des contrôles de police, car notre guide a dû obtenir une autorisation spéciale pour y entrer. La zone est encore, selon le gouvernement, le repère de traficants de drogue venus de Colombie.

 

 

Après 30 mn de formalités, nous reprenons la route et déjeunons à Torti. Puis, nous allons observer le long d'une petite rivière. Nous y trouvons une seule nouvelle espèce, au nom assez étrange et qui nous a donné quelques diffcultés à identifier, le Queue-grise des feuilles (Xenerpestes minlosi).

 

 

Nous atteignons ensuite notre étape du soir, Meteti. Après nous être installés à l'hôtel Felicidad (l'hôtel du bonheur !), nous repartons toujours plus vers l'est. Nous prenons un petit chemin au milieu d'une prairie où les Ani à bec lisse (Crotophaga ani) sont très nombreux, quelques Vanneau téro (Vanellus chilensis) sont aussi présents. Un Macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) est posé dans un arbre.

 

Dans les herbes hautes, nous trouvons aussi un Moucherolle pie (Fluvicola pica), des Sporophile petit-louis (Sporophila minuta) et des Sporophile à bec fort (Oryzoborus funereus). Nous restons jusqu'au coucher du soleil, l'heure à laquelle se mettent en chasse les oiseaux nocturnes. Nous assistons alors à un festival d'engoulevents, ils sont plusieurs dizaines à tournoyer à basse altitude autour de nous. Plusieurs espèces sont présentes, la seule que nous identifions avec certitude est l'Engoulevent minime (Chordeiles acutipennis). Ce fut un des grands moments de ce voyage.

 

 

Le 10 mars

Nous débutons la journée par une balade en forêt au lieu-dit El Salto près de Meteti. En route, 4 Tantale d'Amérique (Mycteria americana) passent en vol. Nous marchons sur la piste au milieu de ce reliquat de forêt qui s'étendait auparavant sur toute la province de Darien. Un nouveau mammifère est observé, un joli singe du nom de Tamarin de Geoffroy. Il se laisse photographier pendant son petit déjeuner. Cette balade est aussi l'occasion de voir de nombreux et magnifiques papillons.

 

Concernant les oiseaux, quelques nouveautés sont observées, notamment un Pic à croupion rouge (Veniliornis kirkii) et un groupe de Pic de Malherbe (Campephilus melanoleucos), ils sont au moins 5 à tambouriner sur les grands arbres. Un Tyran tigré (Myiodynastes luteiventris) et une Bécarde cannelle (Pachyramphus cinnamomeus) sont aussi notés. Un Tamatia à front blanc (Notharchus hyperrhynchus) se laisse volontiers photographier. En rentrant à Meteti, nous nous arrêtons pour voir un Pic ouentou (Dryocopus lineatus) au bord de la route.

 

Nous rentrons déjeuner à Meteti où une femelle de Moineau domestique (Passer domesticus) s'invite à notre table, ce sera la seule de tout le voyage. Puis nous reprenons la route vers Torti. Pendant que certains vont faire la sieste, je pars photographier une Elénie à ventre jaune (Elaenia flavogaster), un Todirostre familier (Todirostrum cinereum) et une Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl) dans les jardins de l'hôtel.

 

Nous terminons la journée sur les bords de la rivière où nous sommes déjà passés hier. J'y observe une nouvelle espèce, le Tohi à bec orange (Arremon aurantiirostris). Un Oriole à tête d'or (Icterus auricapillus) est aussi aperçu dans la canopée. Un Martin-pêcheur vert (Chloroceryle americana) se laisse photographier de près, magnifique... Deux Chevalier grivelé (Actitis macularius) qui commencent à acquérir les tâches noires de leur plumage nuptial sont plus farouches. Des dizaines d'Urubu à tête rouge (Cathartes aura) passent en migration active pour aller rejoindre leur zone de nidification en Amérique du Nord. Nous passons la nuit à l'hotel Portal Avicar.

 

 

Le 11 mars

Nous partons pour une dernière balade dans la région de Darien. Nous marchons dans une forêt secondaire, le long d'une rivière. Nous observons pour commencer un Vacher géant (Molothrus oryzivorus) accompagnant, comme son nom l'indique, un troupeau. Plus loin, un couple de Dacnis bleu (Dacnis cayana) nous permet de comparer les plumages mâle et femelle. Puis une femelle de Batara à nuque noire (Thamnophilus atrinucha) se laisse bien observer.

 

Nous entendons tout à coup une série de claquements semblables à des pétards. C'est le cri étonnant du Manakin à col d'or (Manacus vitellinus), magnifique boule de plume noir et jaune, dont nous voyons quelques mâles dans les buissons. Nous trouvons également une famille d'Ermite hirsute (Glaucis hirsutus), des colibris au très long bec. Un rapace est posé au sommet d'un arbre, c'est une Buse cendrée (Buteo nitidus).

 

Cette balade est riche en nouveautés, puisque nous entendons, puis observons un Troglodyte à calotte noire (Thryothorus nigricapillus), puis 2 Myrmidon du Pacifique (Myrmotherula pacifica). Deux Tangara obscur (Mitrospingus cassinii) viennent se montrer quelques secondes. Un Picumne olivâtre (Picumnus olivaceus), minuscule picidé, explore les branches à la recherche de sa nourriture. Un Tamatia de Lafresnaye (Malacoptila panamensis) est aussi noté.

 

Nous poursuivons la liste des nouvelles espèces avec une Sittine brune (Xenops minutus) et un Tyran de Cayenne (Myiozetetes cayanensis). Un Grisin étoilé (Microrhopias quixensis), un Evêque bleu-noir (Cyanocompsa cyanoides), un Moucherolle du Mexique (Onychorhynchus mexicanus) et un superbe Moucherolle à longs brins (Colonia colonus) sont aussi observés.

 

 

Nous reprenons la route et retournons vers l'ouest en direction de Panama City. Nous faisons quelques arrêts dans la forêt proche du lac Bayano pour chercher le Batara noir (Thamnophilus nigriceps). Il répond à la diffusion de son chant, mais ne se montre pas. Nous n'arrivons au final qu'à voir une femelle. Nous pouvons aussi voir un Trogon à queue noire (Trogon melanurus) et un Moucherolle cendré (Contopus cinereus). Il nous reste encore une longue route pour atteindre notre destination, Cerro Azul, une zone de moyenne montagne située au nord de la capitale. Nous y parvenons en fin d'après-midi et nous installons à l'Hostal Casa de Campo.

 

 

Le 12 mars

Nous arrivons au dernier des 10 jours de ce circuit ornithologique au Panama. Nous allons le passer dans le parc national Chagres situé sur le Cerro Azul, colline située dans l'arrière-pays de Panama City. Au lever du jour, quelques Milan à queue fourchue (Elanoides forficatus) tournoient au dessus de notre hôtel, probablement en migration vers les Etats-Unis où ils vont nicher. Nous partons pour une première balade et ne tardons pas à entendre, puis voir la première nouvelle espèce, c'est un Quéo rosalbin (Rhodinocichla rosea) qui joue à cache-cache dans les buissons.

 

Plus loin, nous faisons une longue pause dans une clairière où nous trouvons une colonie de Cassique à tête brune (Psarocolius wagleri) nicheurs. Un petit Tyranneau passegris (Camptostoma obsoletum) se laisse photographier, tout comme un Chardonneret mineur (Carduelis psaltria). Un Grimpar à longue queue (Deconychura logicauda) ne me laisse que quelques secondes pour le photographier et pouvoir l'identifier.

 

Une belle série d'oiseaux colorés sont aussi de la partie, dont le magnifique Calliste rouverdin (Tangara gyrola), le Dacnis à cuisses rouges (Dacnis venusta), la Paruline à ailes dorées (Vermivora chrysoptera), la Paruline flamboyante (Setophaga ruticilla), la Paruline à calotte rousse (Basileuterus rufifrons) et le Piranga bourgogne (Piranga lutea). Ils sont laheureusement souvent trop haut dans les arbres pur les prendre en photo. Moins coloré, mais plus accessible, une Paruline noir et blanc (Mniotilta varia) explore les recoins de l'écorce des troncs qu'elle parcourt sans relâche. Un Jacarini noir (Volatinia jacarina) est aussi noté.

 

Après le déjeuner, nous partons marcher plus à l'intérieur de la forêt, mais ne trouvons qu'un Trogon à lunettes jaunes (Trogon caligatus) et un couple de Batara à nuque noire (Thamnophilus atrinucha). Avant d'arriver, sur le bord de la route, nous avons aussi trouvé un paresseux à gorge brune.

 

 

Il est alors temps de rentrer à Panama City où nous faisons une dernière balade tous ensemble dans le Parque Metropolitano où les oiseaux profitent de jets d'eau pour se raffraichir. Nous rentrons à notre hôtel Albrook Inn pour notre dernière soirée avec Gonzalo. Mes compagnons de voyage quittent le pays demain matin. De mon côté, je reste un jour de plus.

 

 

Le 13 mars

Il me reste encore 1 jour et demi avant de prendre mon vol retour. Je pars donc faire une balade en solo au Parque Metropolitano. Sans Gonzalo, c'est plus difficile de trouver les oiseaux !!! Je parviens tout de même à observer deux nouvelles espèces. Tout d'abord le Manakin lancéolé (Chiroxiphia lanceolata), une des spécialités du parc que nous avions manqué le premier jour, qui se fait entendre puis voir dans un buisson. Ensuite, au point culminant, où une terrasse offre une jolie vue sur la ville, un jeune Tyranneau gobemoucheron (Zimmerius vilissimus) se laisse longuement observer.

 

Je peux également photographier plusieurs Habia à gorge rouge (Habia fuscicauda), un Troglodyte des halliers (Thryothorus rutilus), un Piaye écureuil (Piaya cayana) pas farouche, qui se laisse approcher.

 

 

En redescendant, un serpent d'environ 2 m traverse le sentier juste devant moi, impressionnant !! Je termine la balade en observant un joli Motmot caraïbe (Momotus subrufescens) et un Caracara à tête jaune (Milvago chimachima).

 

 

Il fait très chaud et je rentre me raffraîchir à l'hôtel. En fin de journée, je pars observer quelques oiseaux autour du Albrook Inn, dans un joli quartier résidentiel. Des Ortalide à tête grise (Ortalis cinereiceps) sont posées sur les toits et se font entendre. Un jeune Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) est lui aussi, bien en voix. Je ne peux quitter le pays sans prendre également des photos de l'omniprésent Quiscale à longue queue (Quiscalus mexicanus).

 

 

Le 14 mars

Dernière journée et denières photos autour de l'hôtel avant de partir vers l'aéroport. Des agoutis ponctués rodent dans le jardin attirés par l'odeur des poubelles. Des Urubu noir (Coragyps atratus) viennent également se poser, ainsi qu'un Pigeon rousset (Patagioenas cayennensis).

 

Plus loin, je trouve une famille de Moqueur des savanes (Mimus gilvus) avec 2 juvéniles qui volent à peine. Un Urubu noir (Coragyps atratus) se laisse tirer le portrait. Sporophile variable (Sporophila corvina) et Tangara évêque (Thraupis episcopus) seront les deux denières espèces photographiées lors de ce très beau et riche voyage.

 

 

 

Liste complète des oiseaux observés