Carnet de voyage
       

Mayas d'hier et d'aujourd'hui (Mexique 2008)

Commentaires (0)

Livre conseillé

Ce circuit m’a permis une visite relativement complète de la péninsule du Yucatan et du Chiapas, alternant visite de sites Mayas, balades nature et nombreuses baignades (cascades, cénotes, golfe du Mexique et mer des Caraïbes).

 

Le 13 mars

Décollage de Paris – Charles de Gaulle en direction de Cancun où j'arrive en fin de journée après une escale à Houston, Texas. J'y retrouve Victor, notre guide, Ernesto notre chauffeur et les 6 autres membres du groupe. Nous prenons tout de suite le minibus pour rejoindre Valladolid et passons la nuit à l'hôtel El Meson del Marques.

 

 

Le 14 mars

Un première journée bien remplie nous attend. Nous débutons par une balade dans les rues de Valladolid. Tout d'abord, la place principale et la cathédrale San Cervacio. Après un passage dans les ruelles aux maisons colorées, nous visitons le couvent San Bernardino.

 

Nous rejoignons ensuite le village de Dzitnup et particulièrement le cénote de Xkeken. Les cénotes sont des gouffres remplis d'une couche superficielle d'eau douce et parfois d'eau de mer s'ils communiquent avec l'océan par des failles. On les trouve particulièrement dans la péninsule du Yucatán où l'on en compte plusieurs milliers. Ils font office de puits naturels qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de profondeur. La particularité de celui-ci est un trou dans le plafond qui provoque un faisceau lumineux. Après une baignade raffraichissante, nous allons déjeuner près du site de Chichen Itza.

 

Chichén Itzá est une ancienne ville Maya, plus tard remaniée par les Toltèques. Il était probablement le principal centre religieux du Yucatán et reste aujourd’hui l’un des sites archéologiques les plus importants et les plus visités de la région. Il a été récemment désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde. L'édifice le plus important et le plus spectaculaire du site est une grande pyramide en terrasses, désignée par les conquistadors espagnols le Castillo (château en castillan). Sa hauteur est de 24 mètres, mais on ne peut plus en gravir les marches.

 

Les autres vestiges du site sont le jeu de balle (ou jeu de pelote), le plus grand du monde Maya, le temple des guerriers et son chaac-mool (une sculpture de pierre destinée à recevoir les offrandes aux dieux, dont des sacrifices humains), le temple des mille colonnes (autrefois recouvert par un plafond) et le cénote sacré qui a donné sa raison d'être à cette ville (des dragues ont permis d'y mettre au jour de nombreux objets d'or et de jade ainsi qu'un nombre important d’ossements).

 

Nous reprenons le minibus pour notre dernière visite de la journée à Izamal. Cette ville est connue dans le Yucatán comme la « ville jaune » car la plupart des maisons de cette bourgade coloniale sont recouvertes d'une peinture de couleur ocre, identique à celle qui recouvre les murs du couvent Saint Antoine de Padoue que nous visitons. Celui-ci est renommé depuis la visite du Pape Jean-Paul II en aout 1993.

 

Nous prenons enfin la route pour Merida, la capitale de l'état du Yucatan où nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Dolores Alba.

 

 

Le 15 mars

Aujourd'hui, des baignades sont au programme, nous allons visiter 2 cénotes. Pour atteindre le premier, nous empruntons une piste qui nous emmène au coeur de la forêt du Yucatan, une forêt sèche, les arbres sont peu élevés mais la végétation est néanmoins très dense. Nous atteignons le cénote Kankirixche dans lequel nous descendons à l'aide d'une échelle métallique. L'eau est cristalline et révèle une couleur bleue lorsque les yeux sont habités à l'obscurité qui y règne. Les racines des arbres situés au dessus s'infiltrent à travers les fissures du calcaire et pendent au plafond. Quelques chauves-souris et des poissons vivent ici.

 

Après cette première baignade, nous reprenons la route vers le village de Peba. Nous y découvrons les restes d'une hacienda où l'on exploitait le sisal. Les maisons sont d'architecture Maya, de forme ovale, le toit recouvert de palmes. Nous poursuivons vers le cénote, lieu de rendez-vous des jeunes couples du village. Nous nous y raffraichissons et pouvons observer les milliers de fossiles de coquillages qui recouvrent les parois, témoins du temps où le Yucatan se trouvait au fond de l'océan. Nous partons ensuite déjeuner chez l'habitant où nous apprenons à faire les tortillas, ces petites galettes de maïs que l'on utilise ici comme le pain.

 

Nous rentrons à Merida où nous visitons la place principale, la cathédrale, qui fut la première achevée sur le continent américain en 1598 et le palais du gouverneur de l'état où de nombreuses fresques illustrent l'histoire du pays. La vie nocturne est très animée le samedi à Merida et nous assistons à un spectacle de chansons, humoristes et danses traditionnelles. Nous passons la nuit à l'hôtel Dolores Alba.

 

 

Le 16 mars

Nous quittons Merida et nous dirigeons vers le sud. La première halte a lieu à Uman, un village où nous nous baladons dans le marché (fruits, légumes, viandes). Les abords de l'église sont très animés, nous sommes en effet le dimanche des rameaux et les habitants se pressent à l'office avec des feuilles de palmier tressées. Une procession se dirige vers cette imposante église.

 

Nous poursuivons en direction de l'hacienda Yaxcopoil, une grande exploitation agricole datant du 17ème siècle. Nous visitons le bâtiment principal où est conservé le mobilier d'époque. Malheureusement, le reste de la visite n'est pas possible et nous ne pouvons voir les ateliers où l'on traitait le sisal, cette fibre issue d'une variété d'agave, qui permettait la fabrication de cordages notamment.

 

L'arrêt suivant a lieu dans la ville de Muna où nous assistons cette fois a la sortie de la messe des rameaux, les femmes ont pour l'occasion revêtu les robes brodées traditionnelles.

 

Le site d'Uxmal constitue le plat principal de cette journée. Uxmal est une grande cité précolombienne de la civilisation maya. Le nom d'Uxmal vient d'un mot maya yucatèque qui signifierait « trois fois » reconstruite. Elle aurait été fondée vers 990, puis abandonnée vers 1200. L'architecture d'Uxmal est caractéristique du style Puuc, caractérisé par des façades au niveau inférieur très dépouillé et au niveau supérieur plus travaillé. Les principaux édifices du site sont la Pyramide du Devin à la forme inhabituelle (la base est ovale), le Quadrilatère des Nonnes (en fait un palais du gouvernement de l'époque, décoré de magnifiques sculptures), le Palais du Gouverneur et la Maison des Tortues dédiée au dieu de la pluie Chac.

 

Après un déjeuner tardif, nous poursuivons notre route et faisons une dernière halte au village de Becal où l'on fabrique les chapeaux panama, typiques de la région. Ces derniers sont tissés à l'aide d'une palme particulière que l'on découpe en brin plus ou moins larges selon la qualité souhaitée. L'ouvrière chargée du tissage travaille dans une petite grotte afin de se trouver dans un milieu humide pour conserver toute l'élasticité du matériau.

 

Nous partons ensuite pour l'état de Campeche et sa capitale du même nom, au bord du golfe du Mexique. Cette ville vit de ses richesses naturelles, à savoir le pétrole et la pêche à la crevette. La ville historique fortifiée est un bien du patrimoine mondial de l'UNESCO, et nous pouvons flaner sur la place principale magnifiquement éclairée. Une excellente margarita nous permet de clore cette belle journée avec une vue sur la cathédrale. Nous passons la nuit à l'hôtel America, situé à deux pas du centre historique.

 

 

Le 17 mars

Journée plutôt sportive au programme. Nous commençons par une balade en vélo sur le Malecon (la promenade du bord de mer) sous un chaud soleil. Nous en profitons pour observer les nombreux oiseaux; frégates, cormorans, mouettes, aigrettes, bécasseaux, pélicans et sternes en pêche...

 

Après avoir fait chauffer les mollets pendant 2 heures, nous rentrons à l'hôtel et avons un peu de temps libre pour visiter le centre historique; la place principale, la cathédrale et les jolies ruelles aux maisons colorées.

 

Après déjeuner, nous allons faire travailler les bras en kayak de mer. Nous commençons par longer les mangroves, puis nous enfonçons dans le dédale des petits bras de mer au milieu de l'enchevêtrement des racines de palétuviers. Nous y observons quelques oiseaux (hérons, cormorans, aigrettes) ainsi que des poissons qui trouvent ici un abri pour venir frayer. De retour sur terre, nous profitons du coucher de soleil avant la Pina Colada et passons la nuit à l'hôtel America.

 

 

Le 18 mars

Nous avons une longue route à parcourir aujourd'hui pour rejoindre Palenque en traversant les états de Campeche et Tabasco pour arriver dans le Chiapas. Nous commençons par longer la côte du golfe du Mexique et nous arrêtons à Sabancuy en bord de mer pour une baignade raffraichissante et un excellent déjeuner de poisson grillé.

 

Nous quittons le bleu turquoise pour entrer dans les terre vers l'est. Nous sommes dans une terre d'élevage, de nombreux ranches sont implantés dans la région. Nous faisons une pause improvisée et inattendue, attirés par l'agitation qui règne dans un pré. Nous nous invitons à la fête, il s'agit en réalité d'une course de chevaux. Les caballeros de la région viennent ici s'affronter sur leur monture. Mais, le temps presse, nous devons repartir et atteignons Palenque à la nuit tombée. Nous nous installons dans les cabanes rustiques de Chato's Cabanas au coeur de la forêt.

 

 

Le 19 mars

Après une nuit animée par les cris impressionnants des singes hurleurs, je fais une balade matinale autour de nos cabanes et j'observe quelques-uns de ces agitateurs nocturnes. Nous poursuivons la journée par la visite du site de Palenque, situé à 2 pas de notre logement. Palenque est l’un des sites les plus impressionnants de la culture Maya. Comparée aux autres cités mayas, elle est de taille moyenne, elle se distingue néanmoins par son patrimoine architectural et sculptural. La zone découverte jusqu’à présent représente 2,5 km² mais on estime avoir exploré moins de 10 % de la superficie totale de la cité. Il reste encore plus de mille structures couvertes par la forêt. Parmi les constructions accessibles, on peut noter la Pyramide des inscriptions (qui contient la crypte funéraire du roi Pakal), le Palais (un complexe de batiments reliés en eux par des galeries), le Temple de la Croix, le Temple du soleil, le jeu de pelote...

 

Nous reprenons la route pour de nouvelles baignades. Tout d'abord, nous visitons la cascade Misol Ha qui tombe de ses 35 m de hauteur. L'eau est fraiche dans le bassin mais les plus courageux s'y baignent. Nous pouvons également marcher derrière la chute d'eau.

 

Nous continuons le voyage vers le site d'Agua Azul où nous déjeunons. Nous sommes en Semaine Sainte et les Mexicains sont en vacances, beaucoup d'entre eux sont venus profiter des ce magnifique ensemble de chutes qui se déversent dans des bassins aux couleurs turquoises. Malgré la foule, la baignade est excellente pour digérer.

 

Nous remontons dans le minibus et la route s'élève. Nous sommes dans les montagnes du Chiapas, rendues célèbres par la guérilla menée par l'armée Zapatiste du sous-commandant Marcos dans les années 1990. Le calme est revenu dans la région, mais il subsiste encore les 'topes', ces ralentisseurs mis en place dans les villages pour ralentir la progresion de l'armée Mexicaine luttant contre la guérilla. A chacun de ces dos d'anes, des enfants viennent nous proposer des souvenirs. Parfois, ils tendent une corde en travers de la route pour nous arrêter. Notre progression est lente et nous arrivons en début de soirée à San Cristobal de las Casas sous un léger crachin (les premières gouttes depuis le début du circuit). Nous passons la nuit à l'hôtel-Posada Margarita après avoir mangé d'excellents tacos pour le diner.

 

 

Le 20 mars

Nous débutons cette journée par une balade dans San Cristobal, une ville située à 2100 m d'altitude, fondée au début du 16ème siècle. Nous passons devant la façade jaune de la cathédrale, empruntons de jolies ruelles pour accéder au marché. Les étals de fruits, légumes, piments, maïs, haricots rivalisent de couleur. Ce sont les populations indiennes de l'ethnie tzotzile qui viennent ici chaque jour vendre leur production.

 

Nous partons ensuite pour San Juan de Chamula, un village indien récemment ouvert au tourisme. Il règne ici une ambiance très particulière, peut-être exacerbée par le jour, nous sommes le vendredi Saint. Un peu partout se déroulent des cérémonies mélant religion chrétienne et rites ancestraux. Par respect, notre guide nous demande de ne pas en prendre de photos. Le plus impressionnant reste l'intérieur de l'église qui ne ressemble à aucune autre. Ici, pas de bancs pour recevoir les fidèle, uniquement des petites chapelles de chaque côté pour chacun des saints patrons des villages voisins. Et au milieu, un fourmillement indescriptible au milieu d'un voile de fumée. Nous avons peine à avancer au milieu de la foule toute affairée à différents rites que nous ne comprenons pas. Ils ont les bras chargé de plantes, notamment de camomille, font bruler de l'encens, sont réunis autour de boissons étranges... le tout au milieu de milliers de bougies. Bref, une expérience assez troublante.

 

Nous poursuivons vers un autre village voisin, Zinacantan, dont l'ambiance n'a rien à voir avec San Juan. Nous y visitons un atelier de tissage où nous pouvons également gouter au pox, une boisson alcoolisée à base de maïs et aux tortillas maison. Après déjeuner, nous partons vers le canyon del Sumidero. Il s'agit d'une retenue d'eau créée par un barrage sur le Rio Guijalvo. Nous effectuons la visite en bateau rapide, beaucoup trop à mon goût. Le pilote ayant plus envie de faire la course avec ses collègue que de nous montrer le canyon. Pourtant, les rares arrêts nous permettent d'apprécier la beauté du lieu, les falaises à pic mesurent jusqu'à 1000 m de haut. Nous apercevons quelques oiseaux, cormorans, hérons et aigrettes. Nous faisons une pause pour voir une chapelle installée dans une grotte. Plus loin, c'est une étrange formation due au ruisselement de l'eau qui attire notre attention, on l'appelle ici l'arbre de Noël. Nous allons jusqu'au barrage, puis rentrons au port sans nouvel arrêt. Nous rentrons à San Cristobal et passons la nuit à l'hôtel-Posada Margarita.

 

 

Le 21 mars

Nous poursuivons notre visite du Chiapas en direction de la cascade El Chiflon. Nous faisons un premier arrêt dans le village de Las Rosas où nous goutons au Pollo Assado, du poulet grillé aux épices. Nous décidons d'ailleurs d'en prendre pour le pique-nique. Le cimetière du village vaut également le coup d'oeil, en raison de ses tombes très colorées.

 

Après une jolie route très valonnée, nous arrivons à la cascade El Chiflon. Il s'agit ici d'une succession de chutes d'eau plus belles les unes que les autres et de bassins aux couleurs turquoise dans lesquels nous ne pouvons résister de nous baigner, malgré la fraicheur de l'eau. Les chutes ont des noms évocateurs; les ailes de l'ange, le voile de la mariée... Les mexicains sont ici aussi très nombreux, mais nous pouvons trouver une place au bord de l'eau pour le pique-nique.

 

Nous reprenons la route en direction des lacs de Montebello. Il est déjà tard et nous ne pourrons qu'apercevoir quelques-uns des 16 lacs situés dans une magnifique forêt à la frontière avec le Guatemala. Il nous reste encore une longue route sinueuse qui se transforme en piste pour atteindre notre étape du soir, Las Guacamayas, où nous sommes contents d'arriver et pouvoir diner, puis nous coucher dans de superbes bungalows.

 

 

Le 22 mars

Nous nous réveillons dans ce magnifique lodge au bord du Rio Lacantun. Nous sommes au coeur de la réserve naturelle Montes Azules. Après un petit déjeuner rapidement avalé, nous devons partir pour un longue balade en bateau sur le fleuve et un de ses affluents. Nous sommes au coeur de la forêt tropicale et pouvons observer quelques-uns de ses habitants. Tous d'abord les oiseaux; toucans, perroquets, aigles pêcheurs, martins-pêcheurs, aigrettes..., mais aussi quelques mammifères; 2 espèces de primates, les singes hurleurs et les singes araignées ou atèles, ainsi qu'une loutre. Nous verrons aussi 3 crocodiles, dont un de très près. La végétation est exhubérante sur les rives (palmiers, arbres géants, orchidées...) et se reflète dans les eaux poissonneuses aux couleurs variant du vert au bleu outremer.

 

Retour à terre, après une dernière balade dans les jardins, nous allons déjeuner chez une famille à la sortie du lodge. Puis, nous reprenons le minibus lorsque soudain, la vitre située à ma droite éclate. Nous ne saurons jamais si nous avons été victime d'un jet de pierre ou d'une projection d'un caillou de la piste, mais nous terminerons le circuit avec cette vitre bâchée. Nous continuons de suivre la frontière guatémaltèque en direction du site de Bonampak. Il s'agit d'un petit site Maya, qui dépendait de Yaxchilán. L'ensemble des structures semble avoir été construit entre 580 et 800, il ne fut redécouvert qu'en 1946. Bonampak compte de nombreux temples de taille moyenne autour d'une grand-place, ainsi que quelques stèles finement ouvragées, mais ce sont les fresques ornant son acropole qui en font un site archéologique unique et célèbre. C'est dans le temple des peintures que l'on peut admirer ces fresques dont les couleurs ont été relativement bien conservées. Trois pièces dépeignent avec beaucoup de réalisme une série d'évènements. La première décrit les vêtements de prêtres et de nobles; une cérémonie où un enfant devient l'héritier d'une famille noble. La deuxième pièce montre une scène de guerre et la capture de prisonniers. La troisième pièce dépeint une cérémonie, avec des danseurs aux costumes raffinés.

 

Notre campement du soir se trouve près du site sur les bords du Rio Lacanja. Ce sont les indiens Lacandon aux longs cheveux noirs, vétus d'une simple robe blanche, qui tiennent le campement. On dit qu'ils sont les descendants directs des Mayas.

 

 

Le 23 mars

Nous prenons la direction de Frontera Corozal au bord du Rio Usumacinta, nous partons visiter les site de Yaxchilan. Pour cela, nous devons prendre un bateau et remonter le fleuve pendant 45 mn. Ce site est situé au coeur de la forêt tropicale dans une boucle du fleuve à deux pas de la frontière guatémaltèque. Il a commencé à être exploré à la fin du 19ème siècle, mais en raison de son inaccessibilité, il n'est ouvert au tourisme que depuis les années 1990. Il se compose de trois ensembles principaux : la Grande Place, la Grande Acropole et la Petite Acropole.

 

Durant la visite, un groupe de singes hurleurs se laisse longuement observer. Nous reprenons ensuite le bateau et allons déjeuner à Frontera Corozal. L'après-midi est consacrée à une longue route qui nous amène à Palenque. Nous dinons et passons la nuit à Chato's Cabanas.

 

 

Le 24 mars

La nuit a été très arrosée, premières grosses pluie depuis notre arrivée et le temps n'est pas très engageant au petit matin. Nous partons néanmoins pour une balade dans la forêt proche du site de Palenque. Un guide local nous accompagne sur les sentiers glissants. Il nous décrit les différents arbres, palmiers recouverts d'épines, figuiers étrangleurs, ceiba (l'arbre sacré des Mayas). Nous traversons un petit ruisseau et une petite chute d'eau. Des crevettes transparentes y vivent ainsi que des coquillages dont les habitants se nourissent. De nombreux vestiges du site Maya tout proche sont encore enfouis dans l'épaisse végétation. Nous visitons un petit temple. La pluie refait son apparition, mais la végétation nous protège et lorsque nous sortons de la forêt, cette pluie est en réalité une belle averse tropicale.

 

Nous rentrons nous sécher à l'hôtel, puis partons déjeuner en ville à Palenque. L'après-midi est libre mais la pluie persistante nous pousse à rester dans nos chambres. Nous dinons et passons la nuit à Chato's Cabanas.

 

 

Le 25 mars

Le beau temps est revenu et nous montons dans le minibus en direction de Calakmul. Ce site est situé au beau milieu de la forêt et d'un parc naturel dans lequel vivent encore quelques jaguars. Nous n'en verrons pas, mais pouvons quand même observer un oiseau endémique de la région, le dindon ocellé au magnifique plumage. Après 60 km de route dans le parc, nous arrivons sur le site. Des singes hurleurs sont là pour nous accueillir.

 

Calakmul est avec Tikal au Guatémala, dont il était l'adversaire, le plus important centre maya de l'Époque classique. Les progrès du déchiffrement de l'écriture maya ont permis de savoir que les Mayas eux-mêmes l'appelaient Kaanal, le royaume du serpent. Le site, d'une superficie d'environ 30 km², n'a été découvert qu'en 1931 et fait l'objet d'importantes fouilles entre 1982 et 1994. Il comporte pas moins de 113 stèles, malheureusement souvent en mauvais état, à cause de l'emploi d'un calcaire local. Son histoire reste donc relativement obscure. Deux magnifiques pyramides constituent les vestiges les plus impressionnants du haut desquels on découvre une magnifique vue sur la forêt alentours.

 

En retournant à l'accueil, nous observons de nouveaux singes hurleurs ainsi qu'une bande de singes araignées d'une habilité déconcertante dans ses déplacements de branches en branches. Un petit écureuil semble tout honteux d'avoir perdu la pomme qu'on venait de lui donner. Nous reprenons la route pour rejoindre notre hôtel à Xpujil.

 

 

Le 26 mars

Nous quittons Xpujil pour Chetumal, la capitale de l'état du Quintana Roo. Il s'agit d'une grande ville moderne et nous y allons pour visiter le musée de la culture Maya qui montre notamment les maquettes des principaux sites. Après une rapide visite du marché local, nous partons vers notre dernier cénote, le cénote azul dont la profondeur atteint 90 m. Il est bien plus touristique que les précédents et son eau d'un bleu profond contraste avec les eaux turquoises de la laguna Bacalar toute proche. Nous y déjeunons et nous baignons au milieu de nombreux poissons. Nous nous dirigeons ensuite vers notre hôtel Kin Yeetel Ha qui se situe au bord du lac où nous succombons de nouveau au plaisir de la baignade.

 

 

Le 27 mars

Après un joli lever de soleil sur le lac et quelques observations d'oiseaux, nous reprenons la route vers le nord. Nous longeons la côte de la mer des Caraïbes, appelée Riviera Maya, mais sans jamais la voir. Finalement, nous faisons une halte à Playa Santa Fe pour profiter de la plage et de la mer. Nous déjeunons dans un petit restaurant les pieds dans le sable.

 

 

Nous poursuivons en direction du site de Tulum. A notre arrivée, un spectacle de Voladores débute. Cinq acrobates sont positionnés en haut d'un mat, quatre d'entre-eux attachés par une corde à la taille se jettent alors la tête en bas, dans le vide. Ils font ainsi 13 tours pendant que le cinquième joue de la flute. Il tournent ainsi jusqu'à atteindre le sol, déroulant la corde enroulée autour du mat. Le site de Tulum paraît modeste et peu étendu, mais il est édifié dans un site naturel exceptionnel, en bordure de la mer des Caraïbes aux couleurs turquoises et sur un promontoire rocheux qui met les bâtiments particulièrement en valeur. La plupart des monuments avaient des fonctions cérémonielles. Des traces de peinture de couleur rouge peuvent être observées sur certains édifices. Une muraille ceint le centre de la cité des côtés Ouest et Nord-Sud. Parmi les principaux batiments, on note le Castillo, le plus élevé du site, le temple du Dieu plongeur et le temple des fresques.

 

Nous ne pouvons quitter le site sans de nouveau gouter à une baignade raffraichissante. Puis nous retrouvons le minibus pour un dernier trajet en direction de Playa del Carmen. Nous arrivons dans cette grande station balnéaire et nous installons dans notre hôtel, la Posada Mariposa idéalement placée sur la 5ème avenue, artère principale de la ville. Nous quittons notre guide et notre chauffeur.

 

 

Le 28 mars

Sur les conseils de Victor, nous avons décidé de passer la journée sur l'ile de Cozumel. Nous prenons donc le ferry pour rejoindre cette ile située à 20 km en face de Playa del Carmen. Un taxi nous conduit à Chankanaab où nous souhaitons faire du snorkeling, puisqu'une barrière de corail y est située. Ce site est très touristique avec notamment un bassin où sont enfermés de malheureux dauphins avec lesquels viennent nager des groupes d'américains en mal de sensation, détestable !!! Nous nous installons au bord de la mer et partons découvrir les fonds marins. Le corail est très dégradé, mais nous pouvons néanmoins nager au milieu de jolis poissons colorés, mais peu nombreux. Dans l'après-midi, nous reprenons le bateau pour rentrer à Playa del Carmen. Après le diner, je dis au revoir à mes compagnons de voyage qui partent le lendemain très tôt. Nous passons la nuit à la Posada Mariposa.

 

 

Le 29 mars

Je me retrouve seul à Playa del Carmen, ayant dû rester une journée supplémentaire pour cause de manque de place dans les avions. Je pars donc en balade tout d'abord le long de la plage, puis vers le sud de la ville. C'est là qu'est bâti un quartier de villas luxueuses appelé Playacar ainsi qu'un golf. Je m'y aventure afin d'observer les oiseaux sur les plans d'eaux, mais je me fais vite refouler après avoir quand même pu prendre quelques clichés.

 

 

Le 30 mars

Voilà, c'est terminé, il faut rentrer. Je prends le bus pour Cancun, fais la queue pendant 1h30 avant d'enregistrer et me voilà parti pour Paris via Houston.