Carnet de voyage
       

Des Pangalanes à Tuléar (Madagascar 2005)

Commentaires (0)

Livre conseillé

 

Le 18 septembre

Rendez-vous à Orly à 16h30 où je rencontre notre accompagnateur et 11 participants du voyage, la 12ème nous attend à Tana, elle a pris le vol Air France.

Décollage du boeing 747-400 de Corsair à 20h20.


Le 19 septembre

Après 10 heures de vol, nous atterrissons à Tana à 7h10 heure locale (1 heure de plus qu’en France). Le visa d’entrée est rapidement obtenu au prix de 14 euros. Nous faisons le change (au cours de 2400 ariary, soit 12000 francs malgaches pour 1 euro) et rejoignons notre chauffeur Tina au volant de son minibus jaune.

Après 30mn de trajet à travers les rizières et collines des faubourgs de Tana, nous rejoignons le centre-ville. Nous partons pour une petite balade dans le marché voisin qui a des allures de souk avec ses allées étroites, puis sur l’avenue de la Libération. Nous sommes escortés par une ribambelle d’enfants et de marchands de souvenirs.

Nous montons ensuite sur le Rova, une des collines de la ville afin de visiter le Palais de la Reine, ou plutôt, ce qu’il en reste. En effet ce palais datant du 19ème siècle a été très endommagé par un incendie en 1995, il n’en subsiste pratiquement plus que la façade.

 

Après un déjeuner où je déguste mes première brochettes de zébu, nous prenons la route pour Antsirabé. Il s ‘agit de la nationale 7 qui nous amènera jusqu’à Tuléar (le 26 septembre). Celle-ci, bien qu’assez étroite, est en bon état. Dès la sortie de Tana, nous ne croisons que peu de véhicules, quelques taxis-brousse, des camions et très peu de voitures particulières.

Nous arrivons à Antsirabé et nous installons à l’hôtel Le Retrait. Nous dînons dans une pizzeria et essayons le vin local qui s’avère bouchonné.


Le 20 septembre

Je me lève tôt pour faire une balade aux alentours de l’hôtel afin d’observer les oiseaux. Dès ma sortie de l’hôtel, je suis accueilli par les chauffeurs de pousse-pousse qui veulent m’emmener en ville.

Après le petit déjeuner, nous partons faire le tour des artisans d’Antsirabé. Tout d’abord un atelier de broderie, puis une fabrique de vélos miniatures (réalisés à partir de matériaux de récupération), puis un sculpteur sur cornes de zébu. En face de ce dernier atelier se trouve une école privée (il en existe beaucoup dans les grandes villes). Tous les enfants portent une blouse rose (même les garçons !), ils se mettent en rang, puis rentrent en classe au son du sifflet de la maîtresse dans un ordre très militaire.

 

Après le déjeuner nous prenons la route puis une piste poussiéreuse et chaotique vers lac Tritriva. Nous prenons un guide local (comme dans tous les lieux que nous visiterons) et montons découvrir ce lac. Il s’agit du cratère d’un ancien volcan. Le lac est entouré de falaises verticales et de forêt. Nous en faisons le tour puis reprenons la piste vers le village de Betafo.

 

Nous traversons de très beaux paysages vallonnés avec des cultures en terrasses et des rizières.Betafo est un village très animés, nous arrivons juste à la sortie des écoles. Les nombreux écoliers vêtus de leur blouse rentrent chez eux.

 

 

Les habitants sont nombreux à jouer à la pétanque, au baby-foot ou au billard sur la place du village. Le marché est lui aussi très animé, certains goûtent les spécialités locales, beignets, nems et gâteaux ‘croquants’ car la poussière fait visiblement partie de la recette !! Les étals des bouchers et poissonniers ne sont pas très engageants.

 

Nous rentrons à Antsirabé et prenons des pousses-pousses pour aller dîner. A la sortie, nous provoquons une émeute parmi les chauffeurs qui nous ont attendu durant tout le repas et cherchent à retrouver leur client de l’aller. Nous passons la nuit à l’hôtel Le Retrait.


Le 21 septembre

Lever matinal puis départ vers Ambositra. Nous croisons énormément de monde dans Antsirabé; les paysans qui vont aux champs, les ouvriers de la brasserie, les écoliers…

Nous passons la matinée à faire le tour des artisans d’Ambositra (sculpteurs et tourneurs sur bois, marqueterie).

Après le déjeuner (que je prend sur le pouce en achetant bananes et gâteux au marché) nous poursuivons notre route vers Fianarantsoa où nous arrivons à la nuit tombante. Il s’agit d’une grande ville avec des quartiers relativement aisés. Nous montons en minibus jusqu’à un belvédère nous offrant une vue sur toute la ville et les environs, un peu trop tard car le soleil vient de se coucher. Puis , nous nous baladons dans les ruelles pavées d’une autre colline où sont construites 7 églises.

Nous dînons et passons la nuit à l’hôtel Cotsonyannis.


Le 22 septembre

Après un nouveau lever matinal, nous partons vers Ambalavao.

Ce village est réputé pour son marché aux zébus où convergent tous les éleveurs du sud Malgache pour vendre leurs bêtes. Ils se rendent à Ambalavao à pied avec leur troupeau. Ils ont parfois à faire avec des bandes très organisées de voleurs de zébus qui sévissent dans la région.

 

Nous visitons le marché puis faisons une très jolie balade dans les rizières et la campagne avoisinante. Nous rencontrons des fabricants de briques qui façonnent la terre rouge à la main, les briques séchant au soleil.

 

Nous déjeunons à l’hôtel ‘Les Bougainvillées’ puis partons en minibus vers le Parc National d’Andringitra. Nous changeons de véhicule pour prendre un ancien camion militaire qui est plus adapté pour la piste qui nous mène vers le Camp Catta où nous logerons.

Andringitra est un parc montagneux comportant des falaises où l’on peut pratiquer l’escalade et le parapente. Le plus haut sommet de Madagascar se situe dans le parc.

Nous faisons une petite balade dans la forêt avoisinante avant le coucher du soleil. Nous entendons mais ne pouvons voir les lémuriens qui y vivent.

Au retour, nous observons notre premier caméléon qui se repose sur une branche à côté de la salle de restaurant. Nous dînons et passons la nuit au Camp Catta.

 


Le 23 septembre

Lever matinal pour observations et photos ornithologiques.

Après le petit déjeuner, nous partons pour une randonnée dans le parc. Après avoir traversé la forêt et aperçu quelques makis catta au loin, nous entamons la montée vers le sommet appelé le ‘caméléon’ en raison de sa ressemblance avec le reptile. Le dénivelé est d’environ 550m.

Nous effectuons une pause au sommet qui nous offre une vue magnifique à 360° sur le parc d’Andringitra.

 


Nous observons la flore (pachypodiums) et la faune locale (lézards, buse de Madagascar).

 

Puis nous entamons la descente et arrivons dans le village voisin de notre campement. Nous visitons le dispensaire et rencontrons l’infirmière qui y intervient. Celui-ci est constitué de 3 pièces, une salle de consultation où sont stockés quelques médicaments, une salle d’hospitalisation équipée de 2 lits plutôt ‘fatigués’, et une salle de travail pour les accouchements. Plus loin, l’école comporte 2 salles de classe.

Nous rejoignons le campement légèrement déshydratés par ces 7 heures de marche au soleil.

Nous reprenons le camion puis le minibus et rentrons à Ambalavao où nous dînons et dormons à l’hôtel ‘Les Bougainvillées’.


Le 24 septembre

Après le petit déjeuner, nous partons pour le parc d’Anja. Il s’agit d’une petite réserve gérée par une communauté villageoise. Il accueille quelques familles de makis catta dans une petite zone boisée au pied de la montagne. Nous observons les lémuriens qui s’avèrent peu farouches, ils sont habitués à l’homme et viennent même manger les bananes que nous avons apportées.

 


Nous observons également un caméléon d’Oustalet immobile sur sa branche.Nous nous hissons difficilement sur un énorme rocher qui surplombe le parc et nous offre une belle vue sur la vallée.

 

 

Nous reprenons la route en direction de Ranohira, le déjeuner est pris en route dans le village d’Ihosy. Nous traversons un plateau aride sur la route flambant neuf qui remplace l’ancienne piste.

Ranohira se situe en bordure du parc national de l’Isalo (prononcer « ichal »), c’est le point de départ des excursions dans la parc.

Nous partons assister au coucher de soleil à la ‘fenêtre de l’Isalo’. Il s’agit d’une paroi rocheuse percée d’un trou à travers lequel on peut voir le soleil disparaître derrière l’horizon. Nous sommes bientôt rejoint pas plusieurs bus et minibus et nous sommes envahis par les ‘vasas’ (c'est le nom que donnent les Malgaches aux blancs) qui viennent tous se placer devant la fameuse fenêtre. C’est la seule fois du circuit où nous verrons autant de touristes.

Après avoir assisté au spectacle, nous passons chez Momo, le responsable de ‘Momo Trek’, une agence locale qui nous emmènera le lendemain pour notre randonnée dans l’Isalo.

Nous dînons et passons la nuit à l’hôtel ‘Orchidée de l’Isalo’.


Le 25 septembre

Nous partons pour une randonnée d’une journée dans le parc national de l’Isalo.

Nous commençons par marcher au frais dans un canyon à la végétation luxuriante. Près d’un camping, nous observons des lémuriens (deux makis et un lémur à front roux) ainsi qu’un caméléon.

 


Nous marchons sur un petit chemin rendu glissant par l’humidité. Nous allons jusqu’aux piscines naturelles, la piscine bleue et plus loin la piscine noire dans lesquelles se jettent des petites cascades. Puis, nous entamons la remontée en passant par une nouvelle cascade cette fois plus haute.

 

 

Nous arrivons, pour la deuxième partie de la balade, sur le plateau ; changement radical de paysage. Nous sommes sur un massif de grès continental fortement érodé offrant un relief ruiniforme. La végétation est beaucoup plus rare (euphorbes, pachypodiums, aloès) et le soleil très chaud.

 

Nous pique-niquons au bord d’une petite rivière avant de reprendre notre marche vers le site de notre bivouac. Celui-ci se situe près d’une piscine naturelle dans la quelle nous nous baignons pour nous remettre de cette magnifique journée. Les tentes sont déjà installées par l’équipe de ‘Momo Trek’ qui est en train de préparer le dîner après nous avoir servi le thé au bord de la piscine. Le dîner est précédé d’un punch ‘ambiance’, puis nous dégustons des brochettes de zébu grillées.

 


Le 26 septembre

Après une nuit peu réparatrice dans une tente un peu petite à mon goût, nous partons rejoindre le minibus qui se trouve à 1 h de marche du campement.

Le massif de l’Isalo au lever du soleil est superbe. Notre guide nous fait voir les tombeaux de l’ethnie Bara. Les cercueils sont déposés dans les anfractuosités des falaises fermées par des murs de pierres. Certains sont situés très hauts et semblent pratiquement inaccessibles.

 

Nous reprenons le minibus et la nationale 7 pour nous arrêter dans la ville minière d’Ilakaka. Cette ‘ville-champignon’ doit sa création et son essor à la découverte de saphirs dans la région.

 

Nous allons à la rencontre des mineurs qui travaillent comme des forçats. Ils creusent à la main, sans aucune aide mécanique (juste des pelles et des pioches), d’immense trous pour en extraire la terre, qui sera ensuite tamisée dans la rivière voisine pour
en extraire les précieuses pierres.

 

Nous remontons la rue bordées de dizaines de cabanes de revendeurs de saphirs.

 

 

Nous continuons toujours plus au sud vers Tuléar. Le paysage est de plus en plus aride, les villages très pauvres. Nous nous arrêtons pour visiter une fabrique de rhum artisanal. La canne à sucre et débitée et mise à fermenter avec du tamarin dans de vieux barils rouillés. L’alambic chauffé au bois est fait de bric et de broc. La chaleur est étouffante.

Nous pouvons également voir le long de la route des tombeaux de l’ethnie Mahafaly. Sur ceux-ci sont érigés de curieux totems représentant des scènes de la vie du défunt.

Nous déjeunons à Tuléar où je prend du poisson pour la première fois, un excellent steak d’espadon. Il nous reste ensuite une bonne heure de piste pour rejoindre notre hôtel, le Bamboo Club, il est situé au bord du lagon d’Ifaty. Après une balade sur la plage à la nuit tombante, nous nous installons dans nos bungalows. Nous dînons à l’hôtel.


Le 27 septembre

Je me lève tôt pour faire mon traditionnel tour ornithologique sur la plage et dans l’intérieur des terres.

Après le petit déjeuner, nous partons en pirogue à voile dans le lagon, poussés par une légère brise. Nous croisons les pêcheurs locaux qui pêchent soit au filet, ou en apnée.

 

Nous nous arrêtons près d’un massif corallien et partons observer les poissons multicolores du récif avec masque et tuba. Nous découvrons une multitude de poissons anges, chirurgiens, clowns, trompettes, perroquets, … qui évoluent parmi les coraux.

Nous remontons sur la pirogue pour aller accoster sur la plage près d’un village de pêcheurs. Nos piroguiers utilisent une des voiles en guise de nappe et nous préparent le déjeuner ; ce sera langoustes grillées et poissons du récif, excellent !!!

Après la sieste et la baignade, nous reprenons la mer pour rentrer à l’hôtel. Dîner et nuit au Bamboo Club

 

Le 28 septembre

Aujourd’hui, nous avons quartier libre. Certains en profitent pour faire de la plongée avec bouteilles.

De mon côté, après ma balade ornithologique du matin, je pars marcher sur la piste vers le village tout proche, puis vers l’hôtel ‘La voile rouge’ que notre accompagnateur voulait visiter. Nous y déjeunons puis je rentre au Bamboo Club par la plage.

Dans l’après-midi, je pars visiter le parc de Reniala qui est caractéristique de la forêt épineuse de la région. On y trouve des baobabs, des euphorbes et autres buissons épineux. Je me fais accoster par un jeune homme qui me propose une visite du parc à la recherche des oiseaux. Nous voilà donc partis, moi-même et mes 2 guides, à travers le labyrinthe des chemins. Mes guides se révèlent excellents pour me trouver plusieurs des espèces endémiques à la région. Nous dînons et dormons au Bamboo Club.

 


Le 29 septembre

Nous reprenons la piste en direction de Tuléar. Bien que faisant partie des plus grands ports du pays, Tuléar est une ville très pauvre.

Nous nous arrêtons près du marché et avons quartier libre jusqu’en début d’après-midi. Je me dirige tout d’abord vers le bord de mer, qui est en fait constitué de vastes vasières et mangroves crées par l’embouchure du fleuve Onilahy. Celles-ci accueillent de nombreux oiseaux en quête de nourriture.

Puis je continue en direction du port. Arrivé à la barrière d’entrée, je me fait interpeller par deux policiers qui me demandent mes papiers en me demandant de rentrer dans une petite pièce sombre. Pressentant un coup fourré, je fais prestement demi-tour et reprend ma route sans me retourner. Les policiers n’insisteront pas.

Nous prenons la route de l’aéroport pour prendre notre vol vers Tana. En fait, il ne s’agit que d’un seul bâtiment minuscule et en piteux état où nous enregistrons nos bagages sans aucun contrôle de sécurité.

Le vol est assuré par Air Madagascar dans un Boeing 737 qui semble en excellent état. Nous rejoignons Tana en fin d’après-midi après une escale à Fort-Dauphin. Nous y retrouvons Tina qui a fait le chemin retour avec son minibus pendant que nous étions à Ifaty.

Après 1 heure de route dans les embouteillages et la pollution de Tana, nous arrivons à la maison du Pyla, une chambre d’hôtes où nous dînons et passons la nuit.

 

Le 30 septembre

Nous partons à l’aube (4h15) en direction de l’est. La route est très sinueuse et nous progressons lentement dans la montagne.

Nous arrivons sous le crachin dans la réserve spéciale Indri-indri du parc de Mantadia-Andasibé. Nous nous sommes levés tôt pour pouvoir observer le plus grand des lémuriens, l’Indri. En effet, celui-ci n’est plus visible à partir de la fin de matinée.

Nous partons donc dans la forêt tropicale humide, toujours sous une légère bruine. Après une petite heure de marche, nous arrivons sur le site où se trouvent les Indris. Il s’agit d’un couple et leur petit que nous pouvons observer à loisir. L’un des guide diffuse leur cri territorial sur un magnétophone et aussitôt, ils répondent de leur cri strident qui porte à plus de 3 km.

 

Nous reprenons la route vers l’est. Nous descendons progressivement vers la côte. La végétation devient moins dense et nous roulons au milieu des arbres des voyageurs et bananiers.

 

Après Brickaville, nous bifurquons sur une piste chaotique qui nous amène dans un village au bord du lac Rasoabe. La bateau qui doit nous conduire à l’hôtel est en retard. Nous en profitons pour visiter le village et un match de foot Fance-Madagascar s’improvise avec les ados. Au bout de 5 mn, je déclare forfait, victime d’une contracture mais après avoir marqué le premier but !!

 

Enfin, le bateau arrive et 45 mn plus tard, nous arrivons à l’hôtel qui se situe entre les lacs Rasoabe et Rasamasay près du canal des Pangalanes. Nous profitons du magnifique coucher de soleil. Nous dînons et passons la nuit à l’Ony hôtel.

 

 

Le 1er octobre

Nous partons en pirogue à moteur sur le canal des Pangalanes. Celui-ci relie une multitude de lacs et lagons qui longent l'océan indien. Il fut construit par les français afin de favoriser le transport des marchandises dans la région. Il a maintenant perdu sa vocation première et n’est plus utilisé que par les villageois et pêcheurs locaux, ainsi que pour le tourisme.

La végétation qui le borde et luxuriante, composée entre autres de pandanus et arbres du voyageur.

 

 

Nous atteignons le parc du Palmarium situé en bordure du lac Ampitabé. Il s’agit d’une réserve privée de faune et de flore. Plusieurs espèces de lémuriens (lémur couronné, lémur noir, propithèque de Coquerel, vari noir et blanc et indri) vivent en liberté dans le parc, mais sont habitués à la présence humaine. Ils sont prompts à répondre aux cris de notre guide pour venir déguster les bananes qu’il leur tend. Cela permet de les voir de près sans avoir l’impression d’être dans un zoo.

 

Notre guide nous emmène pour une balade de 3 heures où nous découvrons, outre les lémuriens, des caméléons, des orchidées (malheureusement peu sont en fleur à cette époque), différentes essences d’arbres…

 

 

Nous reprenons le bateau pour aller pique-niquer au bord de l’océan indien tout proche. La côte est radicalement différente de celle d’Ifaty à l’ouest. Ici, pas de barrière de corail, les énormes rouleaux viennent se briser sur la plage. Les embruns rendent l’atmosphère brumeuse.

Après déjeuner, je scrute l’horizon avec mes jumelles et j’ai la surprise d’observer une baleine qui effectue un magnifique saut hors de l’eau, puis d’autres qui frappent la surface avec les nageoire. Il s’agit de baleines à bosse qui remontent des mers du sud pour aller se reproduire près de l’île Sainte-Marie un peu plus au nord. Malheureusement, elles se trouvent très au large et l’observation reste très fugace.

Après une balade sur la page ou une sieste, selon les personnes, nous reprenons notre pirogue qui nous dépose dans un village de pêcheurs sur le bord du canal. Le village est très pauvre, mais les habitants semblent en bonne santé et heureux de notre visite. De nombreux enfants jouent un peu partout. Ils disposent même d’une école dans le village.

A proximité, nous découvrons une voie ferrée en piteux état et même une ancienne gare et nous sommes tout étonnés de voir arriver un train !! On se demande comment il peut rouler sur ces rails tordus. Il avance à très faible allure et transporte des containers et autres marchandises (ainsi que quelques passagers clandestins) vers le port de Toamasina.

Nous rentrons à l’hôtel à pied en profitant des superbes lumières du soleil couchant. Nous dînons et dormons à l’Ony Hôtel.

 

 

Le 02 octobre

Toute la matinée est consacrée au retour vers Tana (bateau, puis piste et route). Nous arrivons en début d’après-midi dans la capitale. Nous déjeunons au restaurant ‘Le Glacier’ où nous testons le foie gras Malgache qui se révèle correct. L’après-midi est consacrée aux derniers achats de souvenirs au très touristique marché de la digue.

Nous dînons et passons la nuit à l’auberge du cheval blanc près de l’aéroport.


Le 03 octobre

Départ à 5h00 pour l’aéroport. Notre vol retour s’effectue avec une escale à Saint-Denis de la Réunion, soit un total épuisant de plus de 15 heures de vol, escale et attentes.