Carnet de voyage
       

Volcans légendaires et plages de rêve (Indonésie 2008)

Commentaires (0)

Livre conseillé

Ce magnifique périple a été réalisé sur 3 îles de l'archipel indonésien, Java, Bali et Lombok. J'y ai parcouru de nombreuses randonnées, notamment à l'assaut de mythiques volcans, mais également dans la sérénité des rizières Balinaises, les visites de temples, sans oublier la détente sur les côtes où j'ai pu observer les superbes fonds marins.

 

Le 5 juin

Après avoir fait connaissance d'une partie du groupe lors du trajet aérien via Singapour, nous atterrissons sur le petit aéroport de Solo City, une ville de Java aussi appelée Surakarta. Nous y sommes accueillis par notre premier guide, Dadi. Nous sommes 12 à partager ce voyage et nous prenons le minibus en direction de Yogyakarta.

 

En cours de route, nous nous arrêtons pour notre première visite, le temple hindouiste de Prambanan. Construit au Xe siècle, c'est le plus grand ensemble shivaïte d'Indonésie. Au milieu de la dernière des enceintes carrées concentriques s'élèvent les trois temples, décorés de reliefs illustrant l'épopée du Ramayana, dédiés aux trois grandes divinités hindouistes : Shiva, Vishnu et Brahma, et trois temples dédiés aux animaux qui servent de monture à ces dieux. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a été fortement touché par le tremblement de terre du 27 mai 2006 et nous ne pouvons nous approcher de certains temples encore fragiles.

 

Nous poursuivons notre trajet et faisons une halte dans un atelier de fabrication de batik. Ce procédé d'impression des étoffes, consiste à appliquer, sur du tissu (principalement de la soie), des bains de teintures en commençant par les tons les plus clairs. De la cire fondue est appliquée sur les endroits qui doivent être préservés avant trempage, permettant de préserver des zones plus claires. Après séchage, l'opération peut être renouvelée avec une autre couleur et ce autant de fois que nécessaire. Au final, on obtient un tissu où se mêlent différents tons ou contrastes juxtaposés ou superposés, formant toutes sortes de motifs.

 

La dernière visite de la journée est pour un atelier de travail de l'argent. Nous observons les ouvriers fabriquer de petites pièces avec du fil de ce métal. Un travail de précision qui donne des résultats magnifiques. Nous coninuons vers l'hôtel Wisma Gajah où nous dinons et passons une nuit bien méritée.

 

 

Le 6 juin

Une très longue journée nous attend (qui ne se terminera que demain soir...). Nous avons tout d'abord quelques visites au programmes. Nous commençons par le palais du Sultan ou Kraton. Véritable ville dans la ville, le kraton est le centre spirituel et royal de Yogyakarta. Protégées derrière une enceinte carrée d'un kilomètre de coté, de 3 mètres de haut et de 4 mètres d'épaisseur se cachent de vastes places, cours, quartiers d'habitation des serviteurs de la cour et de la famille royale. On y trouve le palais du sultan et ses cours successives aux élégants pavillons. Une fois passée l'agitation des ruelles incluses dans la première enceinte, le silence et la sérénité règnent, seulement troublés par la digne présence des serviteurs du palais. Ils ne sont pas là pour garder le palais, mais pour l'entretenir, balayer lentement le sable des cours.... Bâti entre 1755 et 1756 par le Sultan Hamengku Buwono I, le plan du kraton suit scrupuleusement les préceptes de la cosmologie indo-javanaise.

 

Nous poursuivons par une balade dans le marché aux oiseaux. Les Indonésiens sont effectivement amateurs d'oiseaux et chaque maison se doit d'accueillir une ou plusieurs cages. Nous déambulons dans les étroites ruelles où s'entassent cages vides ou occupées par de nombreuses espèces d'oiseaux multicolores, mais aussi tout ce qu'il faut pour les nourrir (vers, insectes variés...). Cette visite me mets assez mal à l'aise en tant qu'ornithologue amateur, face à ce pillage de la nature. Le faible nombre d'oiseaux sauvages observés lors du voyage ne faisant que confirmer celà. Nous continuon en direction du Taman Sari ou chateau d'eau. Il s'agit du palais aquatique de Yogyakarta, c´était un palais de loisir et de repos pour le sultan et sa famille. Ils venaient pour les vacances, mais aussi pour méditer, ou encore pour se cacher de l´ennemi durant les assauts de la ville. Construit par les portugais dans le style européen mais avec des ornements javanais, Tamansari a été construit sous le règne du Sultan Hamengku Buwono I, a la fin du XVIIeme siècle. On y trouve la chambre sacrée, qui était le lieu de retraite du sultan et de sa famille, le bassin de baignade et l´ile de Cemeti, reliée au palais par des tunnels souterrains, c´est une ile artificielle utilisée pour la détente. Dans ces tunnels a aussi été construite une mosquée.

 

Après déjeuner, nous nous dirigeons vers le nord et le temple de Borobudur. Ce gigantesque temple bouddhiste mahâyâna a été construit au IXe siècle par la dynastie Sailendra. Le Borobudur est le plus grand monument bouddhiste du monde. Le site fut construit aux alentours de 800, mais abandonné vers 1100. Il est redécouvert en 1815 par Stamford Raffles, lieutenant-gouverneur de Java. Il fait à la fois office de stupa et de mandala, forme qui apparaît vue du ciel. Il repose sur un carré d'environ 113 mètres de côté, avec à chaque point cardinal une partie en saillie accompagnée aux quatre angles par une partie en retrait. Il est constitué de quatre galeries successives superposées de forme géométrique, comme l'ensemble du monument, qui sont couvertes de bas-reliefs (dont la longueur totale est d'environ 5 kilomètres) relatant les divers épisodes de la vie du bouddha Sakyamuni. Après avoir traversé les quatre galeries, on atteint la terrasse supérieure surmontée également de trois terrasses circulaires concentriques bordées de 72 stupas. Ceux-ci consistent en des cloches de pierre ajourées logeant des bouddhas. Au centre de ces terrasses et donc au sommet du Borobodur, un autre stupa couvre un bouddha inachevé. Borobudur figure au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Sur le chemin du retour, nous faisons une courte pause près du monastère bouddhique où se trouve le petit temple de Mendut. Son intérêt réside dans les trois statues qu'il abrite, probablement les plus belles de Java. A l'extérieur se dresse un immense banian. Nous retournons à l'hôtel où nous dinons tôt car une longue nuit nous attend. Après quelques heures de repos, c'est à 22h00 que nous prenons le bus et nous roulons en direction du volcan Merapi.

 

 

Le 7 juin

Nous arrivons au village situé au pied du volcan après 2 heures de route. Après avoir bu un thé et mangé quelques biscuits, nous entamons l'ascension vers 1h00. Nous traversons le village, puis des zones de cultures que nous devinons à la lumière des frontales. La montée est assez difficile car les sentiers sont la plupart du temps tracés droit dans la pente, donc plutôt raides !!! La fin de l'ascension s'effectue dans le chaos minéral du sommet. Les premiers d'entre-nous arrivent avant l'apparition du soleil et nous pouvons apprécier toute la magie du lever du jour à plus de 2900 m d'altitude. Devant nous se dresse l'imposante silhouette du volcan Merbabu. Un élégant pic rocheux nous offre un magnifique premier plan devant la mer de nuages d'où émergent les sommets des monts Sumbing et Sundoro. Les vapeurs qui s'échappent du cratère ajoutent à la magie du moment.

 

Le jour s'est levé et nous pouvons déguster le petit déjeuner que nous avons emporté. Des fumerolles à l'odeur de soufre s'échappent des parois jaunies, le Merapi est en effet l'un des volcans les plus actifs d'Indonésie. Nous entamons la descente sous le soleil d'un pas plus assuré. Le début est assez raide dans les amas de pierres volcaniques. Puis, nous atteignons les zones de cultures. La terre est ici très fertile grâce à l'apport de matériaux issus des nombreuses éruptions du volcan, 68 lors des 500 dernières années, la dernière ayant eu lieu en 2006. On cultive le tabac, les haricots, les carottes. Nous atteignons le village en milieu de matinée et sommes de retour à Yogyakarta en début d'après midi. Le reste de la journée est consacré à un repos bien mérité. Nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Wisma Gajah.

 

 

Le 8 juin

Une grosse journée de transfert nous attend aujourd'hui. Nous prenons tout d'abord le train en direction de Surabaya, la deuxième ville d'Indonésie située sur la côte nord de Java. Le train est confortable mais peu rapide, le trajet dure 5h30. Nous traversons des paysages assez monotones de rizières. A l'arrivée, notre deuxième guide nous attend et nous emmène déjeuner. Puis, nous prenons le bus en direction de Bromo. Le trajet dure plusieurs heures. En fin de journée, nous faisons une petite pause et allons nous dégourdir les jambes dans les rizières. Nous apprenons qu'ici, on peut faire jusqu'à 3 récoltes de riz par an grâce au climat et à la fertilité des sols. Le riz est d'abord semé dans de petites parcelles où il germe et grandit pendant 2 semaines. Il est ensuite repiqué dans les rizières où il reste les pieds dans l'eau pendant 2 mois. Enfin, il finit de murir au sec pendant quelques semaines avant d'être récolté. Nous arrivons à la nuit tombée au Lava View Lodge où nous dinons et passons la nuit.

 

 

Le 9 juin

Nous nous levons très tôt et partons à 4h00 en 4x4 vers le mont Penanjakan. Nous sommes ici pour asister au lever du soleil sur la caldera de Tengger. Cet ancien volcan maintenant effondré forme une caldera de 11 km de diamètre dans lesquels 2 volcans se sont formés, le Bromo et le Batok. Le fabuleux panorama se découvre petit à petit devant nous, une mer de nuages a envahi le Tengger d'où émerge le Bromo crachant une colonne de vapeur et le Batok aux formes parfaites de volcan. Dans le fond se détache la haute silhouette d'un autre volcan, le Semeru. Il s'agit du point culminant de l'ile de Java avec ses 3676 m. Il a la particularité d'émettre un panache de fumée et de cendres à intervalle régulier, toutes les 20 à 30 minutes. Le panorama est véritablement à couper le souffle et nous quittons à regret ce lieu magique.

 

Nous reprenons nos véhicules et descendons dans la caldera afin de monter au bord du cratère du Bromo. Nous marchons dans le sable, passons à côté d'un temple hindouiste avant de commencer la montée, tout d'abord sur un chemin, puis grâce à un escalier de 250 marches pour la partie finale. Le cratère mesure 800 m de diamètre et 200 m de profondeur, il se trouve à une altitude de 2329 m. L'intérieur gronde et la vapeur sort sous pression des entrailles du volcan dans une odeur de soufre. Nous retournons à l'hôtel pour le petit déjeuner et pouvons y admirer la vue sur la caldera.

 

Nous continuons le voyage en direction du village de Blawan. La fin du trajet s'effectue en forêt sur une route recouverte de boue suite à quelques averses. Nos minibus ont bien du mal dans les montées, mais après quelques dérapages, nous parvenons à Blawan, un petit village bâti autour de l'usine de traitement du café qui pousse dans la région. Les ouvriers vivent dans des petites maisons alignées de part et d'autre de l'unique rue où les enfants jouent et viennent se faire prendre en photo. Nous allons voir la jolie cascade qui coule juste à côté avant de nos installer au Catimor Homestay, au confort rudimentaire, où nous passons la nuit.

 

 

Le 10 juin

Un nouveau lever matinal pour partir à 5h00 en direction de la base du Kawah Ijen. Nous traversons une forêt dans laquelle on cultive principalement... des choux !!! puis arrivons au parking et entamons la montée. Le Kawah Ijen, signifiant en français « cratère de l'Ijen », est un volcan dont le cratère sommital contient une solfatare d'où est extrait du minerai de soufre ; il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète. Le soufre est extrait à la barre à mine et transporté manuellement par de courageux porteurs dont la charge atteint 50 à 80 kg comme l'atteste le poste de pesée que nous atteignons au milieu de l'ascension.

 

La montée est facile sur un large chemin. L'altitude atteint environ 2500 m au sommet. Le lac occupe le fond du cratère en entonnoir de ce volcan et son niveau se situe à 2 200 mètres d'altitude. Il est long d'un kilomètre, large de 600 mètres et profond au maximum de 200 mètres. Une épaisse vapeur s'échappe de l'endroit où le soufre est extrait et nous pouvons voir les ouvriers au travail 300 m plus bas. Ils font alors la partie la plus difficile du trajet pour hisser leur charge sur un chemin étroit et raide, chaussés de tongs, sandales ou même à pieds nus. Nous commençons à descendre dans le cratère mais rebroussons rapidement chemin, voyant que nous dérangeons les porteurs.

 

Nous redescendons par le même chemin puis reprenons la route en direction de la côte est de Java. Nous traversons tout d'abord une zone de forêt primaire bien conservée à la végétation luxuriante. Plus bas, des cultures remlacent la forêt. Ce sont principalement des plantations de caféiers, mais aussi des girofliers et des hévéas dont nous voyons le latex couler. Nous arrivons au port de Ketapang où nous attrapons le premier ferry en direction de Bali. Le trajet dure environ une heure et nous bénéficions d'une dernière jolie vue sur le mont Ijen. Nous arrivons au port de Gilimanuk où nous attend notre bus qui nous emmène à Pemuteran au nord-ouest de l'ile. Nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Segara Bukit au bord d'une plage de sable noir.

 

 

Le 11 juin

Nous avons décidé pour cette demi-journée libre, d'aller faire du snorkeling sur l'ile de Menjangan. Nous prenons le bus, puis des pirogues à moteur et débarquons sur la plage de sable blanc. Le site de snorkeling est magnifique, il est constitué d'un récif de corail très bien conservé et d'un tombant. Les poissons multicolores sont au rendez-vous à seulement quelques dizaines de centimètres de nous.

 

Un petit village et un temple hindouiste se trouvent sur l'ile et les pélerins affluent pour s'y rendre. Nous reprenons nos embarcations pour faire un petit tour de l'ile où nous pouvons observer des sternes ainsi qu'une colonie de chauves-souris qui ont élu domicile dans les grottes creusées par la mer.

 

Puis, nous regagnons Bali et reprenons le bus pour une liaison qui va nous emmener à Munduk, un village situé dans la montagne au milieu des rizières. Le premier logement étant complet, j'ai la chance d'être surclassé et de passer la nuit dans une magnifique chambre de la guest-house Puri Sunny. Le coucher de soleil est lui aussi splendide.

 

 

Le 12 juin

La matinée est consacrée à une longue balade aux alentour de Munduk. Nous partons à pied de notre hôtel en face duquel se trouve une des très nombreux temples que l'on trouve à Bali. Sur cette ile, contrairement au reste de l'Indonésie majoritairement musulmane, la religion qui domine est l'hindouisme. Dans chaque maison, dès que l'on a suffisamment de moyens, on construit un petit temple privé avec différents autels où l'on vient déposer des offrandes chaque jour. Nous quittons le village et marchons dans la campagne evironnante. La culture qui domine est, bien entendu, celle du riz. Mais le climat à cette altitude permet de faire pousser de très nombreuses plantes. Parmi elles, nous observons le café robusta dont l'arbuste et les baies sont plus gros que l'arabica, le cacao, le giroflier, le muscadier, la vanille et des fruits tels que la papaye, la banane, l'ananas, la mangue...

 

Dans les rizières que nous traversons, le riz est presque prêt pour la récolte et les paysans rivalisent d'inventions pour éloigner les oiseaux. Certains jouent les épouvantails vivants et restent tout la journée dans les champs agitant un drapeau blanc. D'autres ont installé un système de cloches en bambou reliées par des cordes qui convergent vers une personne assis dans une cabane au milieu de la rizière, qui peut ainsi toutes les contrôler. Après une pause chez une paysanne qui nous vend sa récolte (clous de girofle, noix de muscade, vanille), nous pénétrons dans la forêt pour aller découvrir deux jolies cascades qui tombent de la montagne au milieu de la verdure. Nous ne sommes néanmoins jamais loin de la population qui est ici particulièrement amicale et souriante. Nous observons également les nombreux coqs de combat dans leur cage en bambou.

 

Nous rentrons à Munduk et montons dans le bus pour une liaison vers la côte est de Bali. Après un excellent déjeuner près de l'eau, nous arrivons à Amed, une petite localité située en bord de mer. Nous profitons des derniers rayons de soleil sur le Gunung Agung qui sera notre prochain volcan, mais cela est une autre histoire... à suivre. Nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Amed Café.

 

 

Le 13 juin

Aujourd'hui, nous avons quartier libre à Amed pour profiter de la plage et des fonds marins. La marée étant favorable, nous commençons par une matinée de snorkeling dans la petite baie toute proche. L'eau est un peu troublée par les mouvements de la mer et les courants qui m'obligent à un gros effort pour rejoindre la plage. Malgré tout, les poissons multicolores sont au rendez-vous ainsi que de curieuses étoiles de mer bleues et ... quelques méduses peu urticantes. Après un déjeuner où nous dégustons le thon local, nous profitons de la plage et du soleil qui se couche derrière le volcan Agung. Nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Amed Café.

 

 

Le 14 juin

Nous quittons Amed en direction de la région de Tirtagangga. Nous commençons par la visite des bains royaux ou water palace. Edifié en 1946 par le dernier raja de Karangasem qui était doté de talents d'architecte, de philosophe et de poète, le Water Palace est un lieu de détente où il fait bon déambuler entre les fontaines, les statues colorées et la végétation luxuriante. Son nom qui signifie 'Eau du Gange' fait référence au fleuve sacré des Hindouistes et protège ainsi ces sources vénérées qui irriguent toute la région. Dans les jardins, tout est élégance et raffinement, des onze plateaux de la fontaine au pont de pierre sculpté, en passant par le banian au fond terrain. Deux bassins sont ouverts à la baignade pour les Balinais.

 

Nous partons ensuite pour une longue balade à pied dans ces magnifiques paysages façonnés par l'homme que sont les rizières en terrasse. Nous marchons le long du canal d'irrigation qui permet d'alimenter les différents bassins. Nous arrivons dans un village et rendons visite à une famille en pleins préparatifs pour un mariage.

 

Nous pénétrons ensuite dans la forêt pour descendre vers le village de Tenganan. Ce village abrite une communauté de Bali Aga, descendants de la population originelle de l'île, il est connu pour être le plus ancien de Bali. On y trouve de nombreux artisans... et beaucoup de touristes. Nous retrouvons notre bus qui nous emmène dans un restaurant chic et cher en bord de mer. Nous prenons ensuite la route vers Sidemen près du Gunung Agung et nous installons au Lihat Sawah Homestay, dans de superbes chambres face aux cultures et au volcan qui nous attend cette nuit.

 

 

Le 15 juin

C'est donc à 2h00 du matin que nous quittons l'hôtel pour un trajet en bus en direction du temple de Pasar Agung, point de départ de notre ascension du jour. Nous débutons par un petit sentier forestier tracé droit dans pente, comme d'habitude. Pour chaque ascension, nous bénéficions de plusieurs guides locaux, ce qui permet de faire des groupes de niveau afin que chacun puisse monter à son rythme. Je suis dans le premier groupe avec 2 autres personnes. Notre guide a peine à nous suivre et nous finissons par le perdre. Le terrain est assez accidenté, nous devons franchir quelques barres rocheuses et nous nous guidons avec les lumières des autres personnes qui nous précèdent. Le volcan Agung est sacré pour les Balinais et nous d&écouvrons plusieurs cadavres de canards ayant été sacrifiés au sommet. Finalement, nous nous retrouvons au bord du cratère, cryant âtre arrivés. Mais, nous nous sommes un peu égarés dans le final de l'ascension et devons redescendre un peu pour retrouver le véritable sommet à près de 3000 m d'altitude après 3 heures de marche. Le soleil n'est pas encore levé. Le volcan n'est pas très actif, nous avons justesenti quelques odeurs de soufre lors de la montée mais aucune fumerolle n'est visible. Le spectacle du lever de soleil est fantastique, l'ombre du volcan se projette sur l'ile de Bali.

 

Après avoir profité du spectacle, il faut redescendre. Nous marchons sur une coulée de lave qui accroche bien aux semelles, il faut rester concentré mais la descente est assez facile. Seules quelques barres rocheuses nécessitent de s'accrocher avec les mains. Nous croisons de nombreux Balinais venus en pélerinage au sommet ainsi qu'un macaque solitaire qui ne dédaigne pas les biscuits que nous lui donnons. Nous avons toujours en point de vue l'ombre conique du géant qui est le point culminant de l'ile de Bali.

 

Plus bas, nous retrouvons le sentier forestier et avons un point de vue sur le temple de Pasar Agung, d'où nous sommes partis, et que nous atteignons au terme de la descente. Une cérémonie religieuse s'y déroule et de nombreux pélerins vétus de blanc prient à l'intérieur. Nous ne sommes pas autorisés à pénétrer dans le sanctuaire. Nous avons également une vue sur notre cinquième et dernier volcan, le Rinjani sur l'ile de Lombok à l'est. Nous rejoignons le parking au pied du temple pour réaliser que nos minibus sont bloqués par les véhicules des pélerins, et nous devons patienter 2 heures avant que la route soit dégagée. Finalement, je décide de descendre une partie à pied, puis récupère le minibus qui nous ramène à notre hôtel de Sidemen. L'après-midi est libre et nous nous reposons au Lihat Sawah Homestay où nous dinons et passons la nuit.

 

 

Le 16 juin

Cette journée est consacrée à notre transfert vers l'ile de Lombok. Le bus nous conduit vers le port de Padang Bay où nous attrapons le premier ferry. La traversée est assez longue mais la mer calme, il faut compter 5h00 pour arriver au port de Lembar. Nous prenons les minibus qui nous emmènent à Senggigi, la station balnéaire la plus importante de Lombok. Nous arivons pour le coucher de soleil et le happy hour dans les bars. Nous dinons et passons la nuit à l'hôtel Bukit Senggigi.

 

 

Le 17 juin

Je me lève tôt pour profiter du lever de soleil sur la plage et sur le Gunung Agung que l'on distingue très bien émergeant des nuages. Nous avons une matinée libre pour flâner en ville ou sur le bord de la piscine, puis nous partons en direction de Sembalun Lawang. Nous passons par Metaram, la vivante capitale de l'ile, puis entamons l'ascension. Nous traversons tout d'abord des zones de cultures où poussent tabac, arachide, noix de cajou et bien entendu le riz. Puis nous entrons dans le parc national Gunung Rinjani où la forêt est bien préservée, avant de descendre dans la vallée où se trouve le village de Sembalun. Nous nous installons dans nos losmen au confort rustique avant de profiter des derniers rayons du soleil. Les porteurs qui nous accompagneront les 3 jours qui viennent sont là et nous préparent un excellent diner.

 

 

Le 18 juin

L'appel du Rinjani nous fait partir à 7h00. Nous sommes à 1100 m et devons monter au camp de Plawangan situé à 2600 m. Le Rinjani rougeoit sous les premiers rayons du soleil et nous débutons notre marche à travers champs sur des chemins peu pentus. Des porteurs nous accompagnent avec le matériel de camping et de cuisine, et le ravitaillement.

 

Nous arrivons au poste 3 où nous allons déjeuner. Quelques macaques à longue queue viennent fouiller les poubelles. Nos porteurs préparent le repas pendant que nous nous reposons de cette première montée facile. Après avoir mangé, nous reprenons la piste qui devient plus raide et nous dépassons les nuages pour retrouver le soleil.

 

En milieu d'après-midi, nous arrivons au col où se situe le campement. Nous decouvrons la vue sur la caldera au fond de laquelle se situe le lac Segara Anak et un petit cône volcanique créé par une éruption récente. Une troupe de macaques égaie aussi les lieux, terminant de nettoyer les déchets du dernier groupe qui quitte le camp. Nous attendons le reste du groupe et les porteurs, puis installons nos tentes.

 

La nuit tombe et la température chute rapidement (nous sommes à 2600 m). Le Gunung Agung est visible au dessus de la mer de nuages. Nos cuisiniers se sont surpassés pour nous offrir un repas meilleur que dans certains restaurants. Nous allons ensuite nous enfouir sous les duvets pour profiter d'une courte nuit.

 

 

Le 19 juin

Il faut une nouvelle fois se lever tôt pour partir à 3h00 à l'assaut du sommet du Rinjani. La pleine lune nous éclaire et les frontales ne sont pratiquement pas nécessaires. La première demi-heure est difficile dans le sable alors que nos muscles ne sont pas chauds. La suite est plus simple, mais l'altitude se fait sentir. Néanmoins, le plus dur reste à venir, les 300 derniers mètres de dénivelé s'effectuent dans un pierrier qui nous fait reculer d'un demi-pas à chaque foulée. La bronchite que j'ai depuis quelques jours n'arrange pas ma respiration et c'est avec quelques difficultés que j'arrive au sommet. Le jour commence à pointer et nous commençons à percevoir le magnifique panorama à 360 degrés qui s'offre à notre vue. Le soleil pointe et commence à projeter l'ombre du volcan sur la caldera avec le Gunug Agung sur sa droite. Nous sommes au point culminant des iles de la Sonde à 3726 m.

 

Nous avons vaincu notre cinquième et dernier volcan et nous entamons la descente. Le pierrier, si éprouvant à la montée, est devenu un terrain de jeu très amusant que nous pouvons dévaler en courant. Nous sommes donc rapidement de retour au camp où nous attend un petit déjeuner excellent. Après avoir démonté les tentes, nous reprenons la marche en direction du second campement au bord du lac Segara Anak à 2000 m d'altitude. Les bords du lac sont fréquentées par de nombreux indonésiens venus passer quelques jours pour y pêcher. Nous allons aux sources chaudes qui alimentent quelques petits bassins près du lac pour nous décrasser et prendre une bonne douche naturelle. Nous plantons nos tentes face au cône volcanique, le Gunung Baru. L'après-midi est consacrée à la sieste et la balade sur les rives du lac. Le jour tombe rapidement et le froid se fait plus vif qu'au camp de Plawangan, pourtant plus haut. Le feu de camp permet de nous réchauffer avant d'aller dans le duvet.

 

 

Le 20 juin

Pour cette dernière journée de trek, nous devons sortir de la caldera pour rejoindre le village de Senaru. Nous partons donc vers 7h00 pour une ascension de 1h30 qui nous ménera à 2600 m sur les bords de la caldera. Nous profitons des dernières vues sur le lac, son cône volcanique et le sommet du Rinjani sous le soleil levant. La montée est parfois assez difficile avec quelques passages d'escalade sécurisés par des gardes-fous. Nous nous demandons comment vont passer les porteurs, mais ils y parviennent sans problème. Après une jolie vue panoramique depuis le sommet, nous entamons la longue descente de 2000 m de dénivelé.

 

La première partie est assez raide sur un sol poussiéreux, puis nous entrons dans la forêt. Le chemin est très agréable à l'ombre des arbres du Parc National du Rinjani. Les oiseaux nous accompagnent de leurs chants et quelques macaques se laissent apercevoir. Nous faisons une pause pour le déjeuner et reprenons le chemin pour atteindre Senaru en milieu d'après-midi. Après avoir chaleureusement remercié nos valeureux porteurs, nous retrouvons les minibus qui nous conduisent à Senggigi via la jolie route côtière. Nous profitons d'une nouvelle happy hour sur la plage avant de retrouver nos chambres du Senggigi Bukit hôtel.

 

 

Le 21 juin

Aujourd'hui, nous allons faire beaucoup de bateau. Cette journée maritime commence par un trajet... en minibus pour rejoindre un petit port. Nous prenons des pirogues à moteurs pour nous rendre sur l'ile de Gili Nanggu. Cette ile est entourée d'une magnifique plage de sable blanc et d'un récif de corail. Nous enfilons donc masques et tubas et plongeons dans l'aquarium pour une matinée de snorkeling. Contrairement aux sites précédents, les poissons ont ici l'habitude d'être nourris et s'approchent de nous lorsque nous arrivons. Dès que nous leurs donnons à manger, c'est l'effervescence autous de nous, les poissons multicolores passent et repassent autour de nous sans cesse.

 

Après cette baignade, nous faisons un saut de puce vers l'ile située en face, Gili Selong. Nous y avons juste le temps de déguster un poisson grillé car nous devons tout de suite reprendre les pirogues pour rejoindre le port de Lembar. Après une heure d'un trajet humide, nous atteignons le port où nous allons prendre le ferry. Le premier étant déjà complet, nous devons patienter une heure avant d'embarquer pour Bali. Le trajet nous permet d'assister au coucher de soleil et au lever de la lune rousse. Nous avons largement le temps d'en profiter car nous devons stationner en mer près d'une heure. En effet, le quai qui doit nous accueillir à Padang Bay est déjà occupé par un autre bateau. Après ce contretemps, nous pouvons enfin accoster et retrouver notre bus qui nous conduit à Ubud où nous arrivons vers 23h00. Nous passons la nuit à l'hôtel Adi Cottages.

 

 

Le 22 juin

Journée touristique au programme avec la visite de la région d'Ubud. Nous débutons par un spectacle en plein air, la danse du Barong. Le Barong est une créature mythique représentant le Bien et les Forces existant sur Terre. Opposé à celui-ci est Rangda, Reine des Sorcières, qui représente le Mal. Les Balinais croint que le Bien et le Mal coexistent. C'est pourquoi, dans l'histoire racontée dans ce spectacle, il n'y a pas de vaiqueur. Une quinzaine de musiciens jouent en direct et les comédiens et danseurs se succèdent durant les 7 scènes qui composent ce spectacle.

 

Nous poursuivons par la visite d'ateliers et boutiques d'artisans, qui travaillent le bois, la pierre ainsi que les métaux précieux, or et argent. Notre première visite du jour est pour le temple de Pura Kehen. Contrairement à Prambanan et Borobudur qui ont perdu leur vocation religieuse, les sites que nous visitons aujourd'hui sont encore religieusement actifs. Ainsi, pour pouvoir y pénétrer, nous devons masquer la partie impure de notre corps (la partie basse) et la séparer du haut par une ceinture. On accède au temple par une porte d'accès située au sommet d'un escalier de 39 marches. Le Pura Kehen était le temple d'état de l'ancien royaume de Bangli. On accède aux différents niveaux par des escaliers qui permettent de découvrir un ensemble harmonieux bien intégré à la végétation. On voit se détacher sur fond d'arbres les onze toits du sanctuaire principal. Ces kiosques et pavillons servent à accueillir les gamelans (orchestres) et à préparer les offrandes et cuisiner la nourriture les jours de fête.

 

Le bus nous conduit ensuite dans le village de Penglipuran, un village typique Balinais. Nous passons rapidement dans les ruelles et visitons une maison. Ensuite, nous prenons le déjeuner dans un des nombreux restaurants de Kintamani, d'où nous bénéficions d'une vue magnifique sur le volcan Batur et la lac du même nom.

 

La visite suivant est pour le site de Gunung Kawi. Pour l'atteindre, il faut descendre un escalier de 371 marches au milieu de rizières en terrasses. Il date du 11ème siècle et comporte des sculptures taillées directement dans les falaises, qui sont les tombeaux du roi Ank Wungsu et de ses différentes femmes. Un temple hindouiste se trouve également sur le site.

 

Pour terminer la journée, nous visitons Goa Gajah, aussi appelé la grotte de l'éléphant. Longtemps resté envahi par la jungle, il doit sa célébrité à ses bassins, mais surtout à la grotte de l'Eléphant à l'entrée richement ornée. Une statue du dieu Ganesh se trouve à l'intérieur. Nous rentrons ensuite à Ubud et passons la nuit à l'hôtel Adi Cottages.

 

 

Le 23 juin

C'est notre dernière journée en Indonésie et nous avons une matinée libre à Ubud. Pendant que certains courrent les boutiques à la recherche des derniers souvenirs, je préfère aller visiter la forêt des singes. Il s'agit d'un reste de forêt très bien conservée dans laquelle sont établis et entretenus des familles de macaques à longue queue. Ceux-ci font le ravissement des visiteurs qui viennent en famille. Après déjeuner, nous prenosn la route pur notre dernière étape en bord de mer, Seminyar, située dans la région très touristique de Kuta. Nous passons la fin de journée sur la plage sans pouvoir nous baigner, la mer étant trop agitée. Nous partageons notre dernier diner dans un restaurant en bord de mer. Demain, nous allons nous lever tôt pour prendre le vol du retour... Nous passons la nuit à l'hôtel Seminyar Paradiso.